Poitiers : le souci de l'environnement influence les tendances du funéraire

Quelques exemples de cercueils en cellulose, ils sont complétés par un drap pour la présentation du corps / © Antoine Morel (FTV)
Quelques exemples de cercueils en cellulose, ils sont complétés par un drap pour la présentation du corps / © Antoine Morel (FTV)

Cercueils en carton et pourquoi pas aucun cercueil du tout ? Beaucoup de Français réfléchissent à la pollution liée à leur enterrement. Question philosophique et financière également...

Par Marie-Ange Cristofari

A Poitiers, la mort écologique est devenue un argument marketing. En juillet dernier, une agence funéraire d'un nouveau genre a ouvert ses portes. Elle propose spécialement des cercueils en carton. Les premiers clients sont un peu intrigués. L'un d'eux se demande par exemple s'il l'on peut bien utiliser ce cercueil écologique pour la présentation du corps. Aucun problème répond la vendeuse.

Néanmoins, peu d'achats se concrétisent... malgré des tarifs plus attractifs que les cercueils en bois.

Il faut que les démarches soient moins stressantes pour les familles et qu'on ne les harcèle pas avec des prix exorbitants comme c'est le cas partout en France... Il faut que les gens prennent la démarche écologique en disant : on peut s'enterrer dignement, dans le respect.
- Agnès Dione, responsable d'agence funéraire

Moins énergivores et plus économes, le marché des cercueils en cellulose pourrait bien se développer.

L'humusation va encore plus loin...

Adopter des pratiques funéraires écologiques, c'est une préoccupation pour de nombreux français. Ils voient dans les cimetières traditionnels des usages d'un autre âge.

En explorant la poubelle de celui de son village, Florence Valdés découvre de "sacrées surprises".

Beaucoup d'éléments ne sont pas biodégradables, ce socle en polystyrène, ces fleurs en tissus ne se décomposeront pas. C'est justement la preuve que nos cimetières sont loin d'être des endroits écologiques.

Florence Valdés veut aller beaucoup plus loin et faire légaliser l'humusation. Elle est d'ailleurs la référente régionale sur cette question et ne cesse de s'informer sur cette technique 100 % écologique.

Le principe de l'humusation est simple : transformer le corps du défunt en compost à l'aide de micro organismes. Un processus de 12 mois durant lequel les dépouilles deviennent un mètre cube d' humus. De quoi fertiliser une centaine d'arbres.

C'est la logique même de la vie, c'est enfin le respect du cycle de la vie, on n'intervient pas, on n'interfère pas, on n'a pas besoin de quoi que ce soit, tout se fait naturellement et ça, oui, oui, oui, je le souhaite vraiment pour moi.
- Florence Valdès, membre du collectif humusation.org

La technique d'humusation est interdite en France car un cercueil est obligatoire. Mais ces alternatives d'obsèques écologiques s'imposeront peut-être par fatalité face à des cimetières français surchargés. Cette pénurie de place alarme de nombreuses collectivités locales car plus de 600.000 personnes meurent en France chaque année. Autant de corps à "absorber".

Voir notre reportage

Poitiers : le souci de l'environnement influence les tendances du funéraire
Cercueil en carton et humusation, ces tendances plus écologiques donnent à réfléchir sur l'impact écologique de nos enterrements. Un reportage de Dominique Laveau, Antoine Morel, Gwendal Poiron et Josiane Etienne. - France 3 Poitou-Charentes

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus