Poitiers : suspicion de listéria au lycée Camille Guérin. Que faire en cas de réelle contamination ?

Publié le Mis à jour le

C’est un courrier envoyé par l’Académie de Poitiers qui a alerté mercredi dernier les parents d’élèves du lycée Camille Guérin d’une possible contamination à la listéria.

En cause, des parts de fromage (Saint-Paulin / édam) servies la semaine précédente. La lettre, signée du médecin responsable départemental, conseiller technique auprès du DASEN 86 (directeur des services départementaux de l'Education Nationale) informe les parents d’élèves que ces parts de fromage ont fait l’objet d’une campagne de rappel, suite à une suspicion de présence d’une bactérie pouvant provoquer la listériose.

Et le docteur Marie-Sigolène Ducellier de rappeler que le délai d’incubation peut aller jusqu’à huit semaines. 

Chaque année, environ 400 cas de listériose sont recensés en France. Ces chiffres sont stables depuis 2008.

Quels sont les symptômes habituels de la listériose ?

Il peut s’agir d’une fièvre plus ou moins élevée, isolée ou accompagnée de maux de tête, de courbatures et parfois de troubles digestifs (nausées, diarrhées, vomissements).

Qu’est-ce que la listériose ?

La listériose est une maladie due à Listeria monocytogenes, une bactérie de petite taille. Elle est très résistante dans le milieu extérieur et sa température optimale de croissance se situe entre 30 et 37°C. Sensible à la chaleur, elle est détruite après une cuisson de 30 minutes à 60°C.
Listeria monocytogenes est une bactérie largement répandue dans l’environnement. On la retrouve dans le sol, l’eau, les végétaux et dans de nombreux réservoirs animaux. Elle peut être également présente dans l’environnement domestique (réfrigérateurs et congélateurs ménagers) car, contrairement à la plupart des autres bactéries, elle est psychrophile, c’est-à-dire qu’elle peut se développer à basse, voire très basse température.

Quel est le mode de contamination par Listeria ?

La contamination humaine par Listeria est essentiellement alimentaire (produits laitiers (en particulier les fromages au lait cru) certaines charcuteries, les produits de la mer, les végétaux). La bactérie peut contaminer tous les stades de la chaîne alimentaire en colonisant les sites de fabrication des aliments. Comme elle est sensible à la chaleur, elle est en principe absente des aliments cuits et des conserves, sauf si une contamination intervient après la cuisson. Du fait de son aptitude à se multiplier à basse température, Listeria est souvent présente dans les aliments réfrigérés à durée de conservation longue.
D’autres voies de transmission existent mais sont rares, telles que la contamination du fœtus au cours de la grossesse, la contamination du nouveau-né lors de l’accouchement…

Quel et le traitement de la listériose ?

Le traitement de l’infection à Listeria fait appel à des antibiotiques ; il est d’autant plus efficace qu’il est administré précocement.
En l’état actuel des connaissances, il n’existe pas d’élément en faveur de la mise en place systématique d’un traitement par antibiotique après exposition à un risque de contamination par Listeria en l’absence de signe clinique évocateur d’une listériose chez une personne ayant consommé un produit contaminé.
Les élèves du lycée Camille Guérin ayant consommé la semaine dernière les fromages incriminés doivent être particulièrement vigilants.
En cas de premiers symptômes, ils doivent absolument consulter leur médecin généraliste.

Quels sont les aliments à risque ?

Eviter les produits de charcuterie cuits ou crus consommés en l’état (jambon cuit ou cru, produits en gelée, foie gras, pâté, rillettes…), les produits de la mer (poissons fumés, tarama, coquillages crus…) et certains produits laitiers (lait cru, fromage à pâte molle à croûte fleurie ou lavée…).
Les femmes enceintes doivent éviter de consommer ces aliments.

Comment préparer les aliments ?

- Se laver les mains avant, pendant et après manipulation de tous les types d’aliments.
- Nettoyer les ustensiles de cuisine et les plans de travail qui ont été en contact avec des aliments non cuits.
- Ne pas utiliser les mêmes ustensiles (couteau, cuiller, plat, etc.) pour les aliments crus et les aliments cuits.
- Laver soigneusement les légumes crus et les herbes aromatiques avant de les consommer.
- Préférer les produits préemballés aux produits achetés à la coupe.
- Bien cuire les aliments crus d’origine animale (viande, poisson, charcuterie crue de type lardons).
- Retirer la croûte des fromages.
- Réchauffer les aliments consommés à chaud à une température interne supérieure à + 70°.

Comment conserver les aliments ?

- Respecter les dates limites de consommation et les conditions de stockage, notamment de température, indiquées par le fabricant sur les emballages.
- Conserver les aliments crus séparément des aliments cuits ou des aliments à consommer en l’état, afin d’éviter les contaminations croisées.
- Protéger les aliments partiellement consommés par des films plastiques, boites hermétiques…
- Réfrigérer rapidement les aliments nécessitant une conservation au froid.
- Maintenir la température du réfrigérateur entre 0°C +4°C.
- Ne pas stocker trop d’aliments dans le réfrigérateur pour éviter qu’ils ne se contaminent dans le temps.
- Conserver les restes alimentaires au réfrigérateur moins de trois jours et jamais au-delà de la date limite de consommation mentionnée sur le produit initial.
- Nettoyer le réfrigérateur à l’eau savonneuse par exemple, fréquemment ou dès qu’il est souillé, puis le rincer avec de l’eau légèrement javellisé (éviter l’application directe d’eau de javel concentrée sur les parois).