Protocole sanitaire, lutte contre le décrochage : la rentrée scolaire 2020 très particulière dans l'académie de Poitiers

Masques sur la figure et gel hydroalcoolique dans le cartable, les élèves retrouvent le chemin de l'école ce matin pour une rentrée scolaire très particulière. Ils sont 303.360 dans l'académie de Poitiers à être concernés dont certains ne sont pas retournés en cours depuis plus de cinq mois.
Les élèves, à partir de 11 ans et les professeurs devront porter un masque à l'école pour cette rentrée 2020.
Les élèves, à partir de 11 ans et les professeurs devront porter un masque à l'école pour cette rentrée 2020. © Alexandre Marchi - MaxPPP
303.360 élèves et jeunes en formation sont attendus aujourd'hui dans les établissements scolaires de l'académie de Poitiers. 152.550 dans le premier degré (maternelle et élémentaire) et 136.480 dans le second degré (collèges et lycées) auxquels il faut ajouter les 8.400 apprentis scolarisés en lycées professionnels et 5.930 jeunes en cursus Post-Bac comme les classes préparatoires.

Une baisse des effectifs significative

Dans l'académie de Poitiers, les effectifs sont en baisse de façon significative dans le premier degré avec 2.540 élèves en moins répartis sur les quatre départements.

La répartition des élèves par département : Dans la Vienne et en Charente-Maritime, la baisse du nombre des inscriptions dans les classes du premier degré (maternelle et élémentaire) est faiblement compensée par l'augmentation du nombre de collègiens et de lycéens.
Tous vont vivre une rentrée particulière après un fin d'année à nulle autre pareille, marquée par les mesures sanitaires contre l'épidémie de Covid-19. A partir de 11 ans, tous les élèves devront porter un masque pendant les cours, dans les couloirs et en récréation. Ils seront autorisés à l'enlever dans les cantines au moment du déjeuner pour manger.

Priorité à la lutte contre le décrochage 

Pour le rectorat de Poitiers, l'une des premières préoccupations va être de remobiliser les élèves qui ont décroché depuis mars dernier. Dans toute l'académie, on estime le nombre de ces décrocheurs à environ 1000 élèves. "L'effort contre le décrochage est un enjeu majeur pour 2020", indique le rectorat qui souhaite qu'aucun jeune ne reste sans affectation.
Jusqu'aux vacances de la Toussaint, il est demandé aux enseignants de reprendre les bases qui devraient être acquises à chaque niveau pour permettre à tous les élèves de se remettre à niveau et de ne pas se sentir perdus ou d'abandonner.
Pour estimer les difficultés de chacun, les évaluations se feront plus tôt dans l'année. En CP et CE1, par exemple, elles auront lieu du 14 au 25 septembre.
En 6ème et 2nd, elles commenceront aussi le 14 septembre. Nouveauté cette année, ces évaluations seront, pour la première fois, organisées en première année de CAP.
Parrallèlement, l'accompagnement personnalisé devra être renforcé pour tous les élèves. Le rectorat annonce un volume de 55.000 heures supplémentaires dédiées à cette aide.
Le dispositif "Devoirs faits au collège" doit, lui aussi, être renforcé. Une expérimentation "Flash-Devoirs faits" va être menée dans deux collèges des Deux-Sèvres, Anne Franck à Sauzé-Vaussais et Denfert-Rochereau à St-Maixent-l'école. Les  élèves volontaires pour ces "e-devoirs faits" pourront se connecter de chez eux, après la journée de cours, à une classe virtuelle pilotée par deux ou trois enseignants qui les aideront pour faire leurs devoirs.

La crainte de nouvelles fermetures en cours d'année

Cette rentrée qui va certainement s'avérer déroutante pour de nombreux élèves est aussi stressante pour les enseignants qui ont fait leur pré-rentrée hier, lundi 31 août. A cette occasion, Jean-Michel Blanquer en déplacement en Mayenne a déclaré que "normalement, il ne manquera pas d'enseignants dans les classes", le jour de la rentrée. "C'est une rentrée qui est bien préparée", a affirmé le ministre de l'Education nationale qui a ajouté que "les concours ont pu se tenir et que les recrutements ont pu se faire".

"Je n'ai pas d'inquiétude sur ce point, d'autant plus qu'on a des moyens de remplacement pour les quelques professeurs qui, parce qu'ils ont été définis comme vulnérables par leur médecin, ne pourront pas être là".

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale

L'académie de Poitiers emploie 21.592 enseignants, répartis entre le premier et le second degré. Ils ont tous fait leur pré-rentrée hier sur fond d'inquiétudes pour les mois à venir et notamment face à un possible retour de fermeture totale ou partiel des établissements scolaires. Certains redoutent de revivre la même situation qu'en mai et juin dernier et de devoir assumer à nouveau à la fois l'enseignement en classe et à distance.

"A l'issue du déconfinement, il a fallu faire la double tâche. Enseigner en présentiel et poursuivre à distance pour les autres. c'est vraiment ma crainte pour l'année à venir de devoir faire la double tâche."

Sophie Moulay, professeure de mathématiques au collège Théophraste Renaudot de St-Benoît (86)

Jean-Michel Blanquer n'a pas exclu que des fermeture de classes ou d'établissements surviennent en cours d'année mais il a relativisé :

"Dans les semaines qui viennent, forcément ça arrivera ce genre de choses donc on ne doit pas considérer ça comme un échec ou un problème. On doit considérer ça comme le corollaire nécessaire pour cette politique que nous voulons de retour des élèves à l'école".

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale

Le ministre de l'Education nationale a ajouté que ces décisions de fermeture seront décidées "au cas par cas selon un protocole strict dans la main des autorités sanitaires avec les préfets et les recteurs".

Bénédicte Robert, rectrice de l'académie de Poitiers, était l'invitée du 19/20 ce lundi 31 août.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rentrée scolaire éducation société