Raffarin parle de “big bang“ et prévient Macron: ”il va falloir tout construire”

Jean-Pierre Raffarin, sénateur LR de la Vienne, au siège des Républicains le lundi 12 juin après le 1er tour des législatives / © Maxppp
Jean-Pierre Raffarin, sénateur LR de la Vienne, au siège des Républicains le lundi 12 juin après le 1er tour des législatives / © Maxppp

L'ex-Premier ministre et sénateur de la Vienne, Jean-Pierre Raffarin (LR) a estimé que le raz de marée La République en marche (REM) qui s'annonce aux législatives était "un big bang" mais prévient qu'il va "falloir tout construire".

Par Avec AFP

"On assiste à un énorme "big bang"!", s'est exclamé sur RTL Jean-Pierre Raffarin, ajoutant: "je pense que les gens de sagesse et de responsabilité seront utiles". "Les gens nouveaux arrivent, il n'y a plus d'encadrement ni à gauche ni à droite, de nouvelles forces arrivent, (..) il n'y a pas d'organisation", a-t-il dit. "Il va falloir structurer un parti qui n'existait pas et va devoir être au centre de la vie politique française", a-t-il ajouté.

"Il va falloir tout construire, c'est une impulsion très importante, c'est un big bang", a-t-il répété.


"Ca va être compliqué", a-t-il pronostiqué. "Le président de la République il a une majorité mais un Parlement, ça doit vivre avec un travail créatif, il va y avoir des amendements, des débats", a-t-il ajouté.


Pour une "majorité pluraliste"

S'agissant de LR,  il a dit sa "tristesse". "J'ai beaucoup de copains au tapis aujourd'hui", appelant à l'instar des autres ténors LR à un "sursaut de mobilisation". "Il faut sortir dimanche pour donner une majorité pluraliste", a-t-il estimé.
Interrogé sur une place éventuelle au sein du gouvernement il a répondu: "je ne suis pas candidat, très franchement je pense que la jeune génération doit prendre les choses en mains".

Il a appelé à une "réflexion collective et constructive pour structurer politiquement une majorité qui doit être diverse mais qui doit aider le président à réussir".


"Je suis pour la présomption de confiance (...)  et puis qu'on se donne 18 mois et puis au bout de 18 mois on verra ce que ça donne", a-t-il dit."On est devant une page blanche complète", a-t-il insisté.



Sur le même sujet

Les + Lus