Retraites. Blocage de l'incinérateur à Poitiers : la collecte des ordures suspendue

Pour contester la réforme des retraites, la CGT et le syndicat Sud bloquent l'entrée de l'incinérateur de Saint-Éloi, à Poitiers, depuis ce lundi 20 mars. En réaction, l'agglomération a suspendu la collecte des déchets dans 23 communes sur 40.

L'agglomération de Poitiers "encourage" les habitants à ne pas sortir leurs poubelles, "notamment dans les zones pavillonnaires", indique Gérald Blanchard, vice-président de Grand Poitiers et maire de Buxerolles, au micro de France 3 Poitou-Charentes.

"La seule chose sur laquelle on est attentif, c'est sur les grands ensembles où ce n'est pas toujours simple de stocker ses ordures ménagères", précise l'élu. 

On va procéder à des collectes de surveillance pour éviter qu'il y ait des débordements.

Gérald Blanchard, vice-président de Grand Poitiers

France 3 Poitou-Charentes

Cette décision fait suite au blocage de l'incinérateur de Saint-Éloi par la CGT et Sud, mobilisés contre la réforme des retraites. Depuis ce lundi 20 mars, une cinquantaine de personnes se relaie pour empêcher l'accès au site.

Un possible enfouissement des déchets

"Nous, on invite les citoyens à déposer leurs poubelles sur le trottoir et, pourquoi pas, les amener à nos députés qui n'ont pas voté la censure contre le gouvernement", propose Miléna, représente CGT au CHU de Poitiers, venue prêter main forte aux grévistes.

Aujourd'hui, c'est le gouvernement qui dégrade notre société, pas nous.

Milena, représentante CGT au CHU

France 3 Poitou-Charente

Interrogée sur sa stratégie au cas où le conflit serait amené à durer, le vice-président de Grand Poitiers a précisé : "On pourrait imaginer à terme un enfouissement si l'incinérateur est toujours occupé."

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité