Salariée d'un centre social tuée à Poitiers : la suspecte reconnait les faits

La jeune Guinéenne de 20 ans accusée d'avoir tué hier une salariée d'un centre d'accueil pour femmes à Poitiers sera déférée demain matin devant un juge d'instruction en vue de sa mise en examen.

L'homicide volontaire a été commis au center d'accueil "Cécile et Marie-Anne" situé rue Riffault à Poitiers.
L'homicide volontaire a été commis au center d'accueil "Cécile et Marie-Anne" situé rue Riffault à Poitiers. © Hugo Lemonier
Elle est accusée "d'homicide volontaire avec préméditation" indique ce soir le parquet de Poitiers qui précise que la jeune femme a reconnu l'ensemble des faits qui lui sont reprochés pendant sa garde à vue. La jeune Guinéenne aurait donc planifier cet acte.
Elle sera présentée demain à un juge d'instruction en vue de sa mise en examen. Une information judiciaire est ouverte et le parquet de Poitiers requiert son placement en détention provisoire à l'issue de sa garde à vue. Le procureur de la République de Poitiers a annoncé qu'il ferait une conférence de presse demain dans la matinée pour apporterdes précisions sur le dossier.


Un signalement effectué dès vendredi par les services sociaux

Les faits se sont déroulés vers 08H45 samedi matin au sein du centre d'accueil pour femmes avec enfants "Cécile et Marie-Anne" géré par le département de la Vienne. La suspecte était hébergée dans le centre avec sa fille. "Les services de l'aide sociale à l'enfance avaient effectué vendredi un signalement de cette personne pour mise en danger de sa fille. Le juge a maintenu la jeune femme et sa fille dans le lieu de vie", a indiqué hier Rose-Marie Bertaud dans notre journal de 19h.


La salariée victime, âgée de 39 ans, était originaire de Charente. Elle n'avait pas d'enfant et vivait maritalement avec son compagnon et ses deux enfants.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter