Salon de l'Étudiant à Poitiers : une chance pour trouver sa voie

Publié le
Écrit par Marie-Noëlle Missud
Un salon en présentiel plus calme que les autres années. En raison de la pandémie, il faut s'inscrire sur le site et télécharger une invitation gratuite pour un créneau de deux heures.
Un salon en présentiel plus calme que les autres années. En raison de la pandémie, il faut s'inscrire sur le site et télécharger une invitation gratuite pour un créneau de deux heures. © France Télévisions - Marie-Noëlle Missud

Le salon de l'Étudiant de Poitiers se tient ce vendredi et samedi 15 janvier au parc des expositions de la ville. 96 exposants sont présents, répartis dans treize secteurs thématiques . Rencontre avec des lycéens.

Ce premier jour du salon de l'Étudiant de Poitiers 2022 est plutôt calme. Seuls les Terminales, venus avec leur classe sont présents. Ils viennent de toute la région, de Bressuire à Cognac. Leurs professeurs-accompagnateurs ont opté pour un café ou une cigarette en attendant que leurs élèves trouvent leur voie.

Pour certains, les idées sont assez claires sur l'après-bac. Nora par exemple veut faire une licence de maths pour devenir professeur des écoles. "J'ai rencontré des élèves de l'université, ils m'ont expliqué la différence entre le lycée et la fac. Le contact direct, c'est mieux qu'un site Internet ! "

Sa copine Emma, aimerait bien être kiné et va tenter une licence avec accès santé (L.A.S). "Les étudiants que j'ai rencontrés, m'ont rassurée sur Parcoursup. Cela me stressait car j'avais l'impression qu'il fallait avoir de super notes partout pour avoir la filière que l'on veut ."

L'Armée attire

Léna sait déjà qu'elle veut faire un BTS profession immobilier. Au salon, elle a découvert qu'il existait aussi un BTS public pour sa filière, à Châtellerault.

Lucie, elle, n'a aucune idée sur ce qu'elle aimerait faire après le bac. "Je fais le tour, je regarde ce qui pourrait me tenter. J'aime bien le dessin, pourquoi pas architecte d'intérieur." Pour cette jeune fille, plusieurs tours seront nécessaires pour trouver l'inspiration, surtout pour pouvoir faire des vœux dans quelques mois.

Quelques allées plus loin, plusieurs stands côte à côte sont très demandés. Beaucoup de jeunes se sont arrêtés pour discuter et écouter avec attention. Alignés en rang d'oignon, les stands de l'Armée, (terre, mer et air) et de la gendarmerie font, comme toujours, le plein de nouveaux candidats.

"Parfois c'est dégueulasse, et du social, de l'administratif vous allez en manger", l'adjudant Mickaël Michaud, gendarme recruteur, ne mâche pas ses mots ! "Je ne leur vends pas du rêve, je leur parle vrai. Mais c'est aussi un métier où il n'y a aucune routine. Je leur dis de faire d'abord le maximum d'études et ensuite de venir nous voir, on aura toujours une place pour eux tellement nos besoins sont variés."

Jusqu'à samedi

Face à lui quatre lycéennes de Cognac semblent convaincues. "Franchement, je n'y pensais pas du tout, mais après tout pourquoi pas, après mon BTS d'assurance",  explique Alicia. 

Si l'Armée attire, beaucoup de stands attendent désespérément leurs candidats potentiels. C'est le cas de l'école Objectif 3D installée depuis 1999 à Angoulême. Les salons et forums sont leur passage obligé pour recruter leurs élèves. "L'an passé il n'y a pas eu de salon, résultat une promo divisée par deux", souligne Myriam Carvajal assistante administrative de l'école.

Rien n'est perdu pour autant, demain samedi 15 janvier, le grand public est invité à découvrir les stands. Attention, il faut obligatoirement s'inscrire sur le site pour télécharger une invitation gratuite et une autorisation pour un créneau de deux heures. Les organisateurs ont joué la carte de la sécurité en plein rebond de l'épidémie de Covid. Le passe sanitaire est aussi obligatoire. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.