Cadavre partiellement calciné à Béruges : la victime identifiée

Publié le Mis à jour le
Écrit par Romain Burot

Le cadavre découvert dimanche 24 avril par une promeneuse au bord d’un chemin de terre, sur la commune de Béruges, a été identifié. A ce stade de l'enquête, son identité n'a toutefois pas été révélée.

C'est à proximité du lieu-dit l’Espassière, dans un bois au sud de la commune de 1.400 âmes, que le corps avait été retrouvé, dimanche 24 avril. En partie brûlé et très abîmé. Une autopsie réalisée le lendemain a permis aux enquêteurs de découvrir l'identité de cet homme.

Les investigations se poursuivent avec de nouvelles auditions mais pour l’instant, il n’y a pas d’éléments supplémentaires permettant de faire avancer l’enquête.

Cyril Lacombe, procureur de la République de Poitiers.

Une avancée sur laquelle le Procureur de la République de Poitiers, Cyril Lacombe, souhaite rester discret. Il n'a pas souhaité communiquer sur l'identité de la victime.

La section de recherches de Poitiers a été chargée d’une enquête pour homicide volontaire mais selon le parquet, toutes les hypothèses restent encore envisagées. Une enquête de voisinage a été menée lundi 25 avril, notamment pour tenter de faire la lumière sur une éventuelle disparition dans le village.

François Hervouët, premier adjoint au maire de Béruges, reste prudent pour analyser les faits : " Pour l’instant on ne peut pas affirmer qu’il s’agisse d’un homicide, c’est une simple piste, certes peut-être la plus probable. Mais ici c’est très calme, on n’est pas habitué aux crimes sordides "   

Sidération, stupeur... Le mot qui revient le plus dans la bouche des habitants, c’est « choc ». Un village en état de choc et dans l’incompréhension, dans l’attente de savoir ce qu’il s’est réellement passé ce week-end dans ce bois Béruges.  

S’il y a eu homicide, c’est la première fois que je vois ça. Je suis là depuis que je suis tout petit, c’est bien la première fois...

Un Bérugeois très ému par l'affaire

Ce mercredi, Béruges demeure un village encore profondément troublé dans sa quiétude habituelle.