VIDÉO. Poitiers accueille le premier colloque international de la classe dehors

durée de la vidéo : 00h01mn49s
62, 1 300 enfants rassemblés à Poitiers à l'occasion du premier colloque international de la classe dehors. Reportage Antoine Morel, Romain Burot et Alexia Rouy. ©France télévisions

C'est près de 62 classes et plus de 1 300 enfants qui ont arpenté les rues et les parcs de Poitiers ces derniers jours. Ils étaient là à l'occasion du premier colloque international de la classe dehors. L'académie de Poitiers est en pointe dans ce domaine.

Se promener dans les rues de Poitiers cette semaine, c'était l'occasion de croiser des ribambelles d'enfants guidés par leur enseignant.e. Ils étaient en classe, mais dehors. La ville de Poitiers et l'académie accueillent en effet cette semaine le premier colloque international de la classe dehors.

Comme son nom l'indique, la classe dehors se pratique hors des murs de l'école, dans la campagne, dans la forêt, en ville. L'art plastique peut très bien se pratiquer au pied des arbres, la topographie, dans l'herbe et la musique dans les rues. Les enfants travaillent d'une autre façon et ils ont plutôt l'air contents."En fait on est dehors et on fait des activités" explique une petite élève. "Il y a pas la cantine, on apporte nous-même notre déjeuner" complète une autre.

10 % des élèves de primaire et de collège font la classe dehors dans l'académie

Faire la classe dehors, c'est d'abord un choix de l'enseignant qui doit adapter sa façon de transmettre le savoir. La classe se fait en extérieur une journée par semaine, qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il vente. Les parents sont parfois un peu réticents au début, mais il suffit de bien équiper les enfants, comme l'explique Nathalie Vigner, enseignante de maternelle à l'école Alphonse Daudet de Poitiers. "Ils sont équipés de petits K-Way quand on sort, ce qui fait qu'on n'attend pas les beaux jours où le soleil !"

Crystèle Ferjou, aujourd'hui conseillère pédagogique, a été pionnière en France à faire la classe dehors dans sa classe de Pompaire, dans les Deux-Sèvres. Elle partait un peu dans l'inconnu "Pour moi, c'était une évidence et un besoin de renouveler ma pratique pédagogique". D'autres pays nordiques, comme la Finlande, avaient déjà tenté l'expérience de l'école dans la forêt avec succès, ils ont été une source d'inspiration pour elle. Ensuite, il a fallu faire accepter la démarche aux parents. Mais ils ont été convaincus par les arguments pédagogiques "Tous les enseignements se prêtent à la classe dehors, les fondamentaux, le langage et les mathématiques, mais ça mobilise tous les sens, le corps et la tête", affirme-t-elle.

Une pionnière qui a fait des émules, aujourd'hui, une classe sur cinq dans l'académie de Poitiers pratique la classe dehors.