Vienne : lancement officiel de l'institut Joël Robuchon, un projet gargantuesque

L’institut international Joël Robuchon devrait voir le jour en 2025. C’était le grand projet du chef le plus étoilé au monde, décédé avant de le mener à bien.

Mis à mal par le décès du célèbre chef cuisinier en août 2018, l’institut Joël Robuchon entre aujourd’hui dans une phase concrète. Cette école de cuisine d’envergure internationale a été présentée officiellement par sa fille, Sophie Robuchon, ce mercredi 13 octobre au Futuroscope.

Le projet cible trois sites dans la Vienne : 

-Au Futuroscope, à la lisière du célèbre parc, sur la commune de Jaunay-Marigny, le bâtiment Fleur de Lotus et son futur bâtiment écrin, accueilleront la formation initiale et professionnelle, les ateliers pédagogiques et l’alimentation de demain ainsi que l’administration. Il sera également lieu d’animation et d’échanges avec le public (espace sensoriel, points de restauration, boutiques…).
-À Grand-Pont (Chasseneuil-du-Poitou), un ancien lycée agricole sera reconverti en centre de formation dédiée à la restauration collective au sein d’un Campus doté d’un complexe culture/sport/ détente pour loger et former les professionnels et étudiants. Les serres pédagogiques et cultures maraîchères approvisionneront les cuisines.
- A Montmorillon, la Maison-Dieu, ancien petit séminaire, joyau architectural classé aux Monuments Historiques, accueillera un hôtel -restaurant haut de gamme et un Spa/Bien-être. Ce site symbolisera le rapprochement entreprise-école, véritable « salle de cours » permanente pour les apprenants.

« Pour cuisiner, il faut aimer son prochain » prononce Sophie Robuchon dans son discours. Reprenant les mots de son père, elle réaffirme l’idée de transmettre cette passion aux jeunes, valeur chère aux yeux du chef aux 32 étoiles.

Un projet attendu qui voit le jour dans un contexte difficile où les restaurateurs manquent de personnels. Actuellement, et malgré des offres d’emplois à la pelle, 247 000 postes restent vacants.

Coût des travaux : 80 M d’euros avec une livraison de l'ensemble pour la rentrée 2025. Des milliers de personnes pourraient alors se former dans cet institut chaque année. Son fonctionnement devrait permettre de créer 200 emplois directs et 300 indirects.

La demande internationale est forte, après cet institut de "Poitevin-la-fidélité" (le surnom de Joël Robuchon en cuisine), d'autres académies pourraient aussi se développer sur ce modèle, avec des échanges d'étudiants à la clé.

Reportage de Marie-Ange Cristofari, Thomas Chapuzot et Philippe Ritaine

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gastronomie culture apprentissage éducation société