"Vivre en tenant compte des autres" : malgré la crise financière, les quêtes de la Croix-Rouge ont un franc succès

Du samedi 25 mai jusqu'au dimanche 2 juin ont lieu les Journées nationales de Croix-Rouge française. Les bénévoles de la Vienne vont à la rencontre du public afin de collecter des fonds et parler de leurs actions.

Entre plusieurs chansons d'accordéon, les bénévoles de la Croix-Rouge se pavanent dans les allées d'un marché de la banlieue de Poitiers. Munis de leurs petites boîtes de conserves, ils crient : "Une petite pièce pour la Croix-Rouge de Poitiers" ou "un petit don pour venir en aide aux personnes en difficulté".

"Les gens donnent beaucoup, c'est impressionnant"

Pour leur quête nationale, qui se déroule du samedi 25 mai jusqu'au dimanche 2 juin prochain, les bénévoles de la Croix-Rouge sont agréablement surpris de la générosité de la population. "Les problèmes économiques et sociaux, on les voit. Il suffit de suivre un peu l’actualité pour se rendre compte. Beaucoup de gens s’accrochent, survivent, mais c’est difficile. On peut vivre, mais aussi vivre en tenant compte des autres. On est tous des humains", indique une cliente régulière de ce marché de Poitiers. Une autre, un peu plus loin, rappelle que "l'on achète pour manger, on peut aussi faire un petit effort pour faire des dons".

Aux côtés des autres bénévoles dans ce marché se trouve Mayar Monshipour. L'ancien champion du monde de boxe poitevin et bénévole d'un jour, met sa notoriété au profit de l'association, là aussi avec succès. "J’ai été très touché qu’on me demande de m’investir au sein de la Croix-Rouge. Les gens donnent beaucoup, c’est impressionnant... La Croix-Rouge a une vraie bonne image. Nous sommes sollicités tout le temps par plein d’associations, mais je crois que la Croix-Rouge est à part."

À l'autre bout de la ville, Romain Peyseyrre est un habitué. Chaque année, il pose ses vacances pour s'investir dans cette opération. Pour cette journée, il va rester toute la journée à un carrefour routier. "C’est bien, on voit beaucoup du monde. Les gens donnent beaucoup sur la route. À Poitiers, on est un petit peu au-dessus de 300 bénévoles : il y a de jeunes bénévoles qui ont une vie de famille, des bénévoles retraités... Il y a beaucoup de mouvement au sein du bénévolat. Étant donné que j'ai aussi la charge de recevoir les nouveaux bénévoles, 8 à 10 personnes par semaine viennent pour devenir bénévole à la Croix-Rouge", dévoile-t-il.

"25 tonnes de nourriture distribuées sur Poitiers"

Dans l'unité locale de Poitiers, cette quête est un moment très attendue. "Cette quête, que l’on fait autour du marché, va rester localement. C’est le seul moment dans l’année où la recette de nos petites tirelires va aller dans toutes nos actions à Poitiers", explique Maryline Hay, responsable de l'unité locale de Poitiers de la Croix-Rouge. Les personnes peuvent bénéficier "d'une aide alimentaire, une aide vestimentaire, mais aussi, pour l'association, dans tout ce qui est logistique. En aide alimentaire, on aide 50 familles du quartier de Beaulieu toutes les deux semaines. Le besoin augmente toujours."

De nouvelles personnes viennent chez nous : des personnes seules ou isolées, monoparentales et de plus en plus d’étudiants, notamment à Poitiers, qui est une grande ville universitaire.

Jacky Prieur

Président de la délégation de la Croix-Rouge dans la Vienne

L'an dernier, 16 000 euros avaient été récoltés par la Croix-Rouge de Poitiers. Il est encore trop tôt pour déterminer si cette récolte a été fructueuse ou non depuis son lancement ce samedi 25 mai, dévoile Jacky Prieur, président de la délégation de la Croix-Rouge française dans le département. "Avec le passage de la flamme dans le département, les gens et le public étaient occupés à autre chose. La collecte a commencé dans différentes villes de la Vienne : Loudun, Châtellerault, Montmorillon, Civray, Chauvigny et bien sûr Poitiers, afin de faire connaître à la population nos différentes missions."

Malgré les nombreux problèmes économiques des ménages français, la présence et la générosité du public sont présentes, selon Jacky Prieur. Mais la demande demeure toujours aussi importante. "À la Croix-Rouge, les personnes viennent pour des besoins liés au textile, mais aussi pour des besoins alimentaires. 25 tonnes de nourriture ont été distribuées sur Poitiers, c’est considérable. Pas moins de 10 800 personnes dont 1 374 familles sont concernées : on a une demande importante. Et de nouvelles personnes viennent chez nous : des personnes seules ou isolées, monoparentales et de plus en plus d’étudiants, notamment à Poitiers, qui est une grande ville universitaire."

160 ans après sa création, la fondation, créée par Henri Dunant, a gagné 15 000 bénévoles en deux ans, selon Philippe Da Costa, président de la Croix-Rouge française.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité