Vienne : remontée des résultats à l'examen du code de la route

C'est la fin de trois semaines éprouvantes pour les candidats à l'examen du code de la route. Après être tombé à 9% de réussite dans la Vienne, les résultats remontent.

Seul un quart des candidats a réussi l'examen du code de la route ces dernières semaines dans la Vienne. Depuis l'introduction de 1000 nouvelles questions, le 2 mai dernier, c'était une hécatombe. Mais les résultats se rapprochent peu à peu des habituels 70% de réussite.

La première semaine, seuls 13 candidats avaient été reçus à l'examen sur les 133 qui se présentaient dans la Vienne, soit 9.8% de réussite. Panique dans les préfectures, le ministère de l'Intérieur est sommé de réagir. Une première vague de questions "accusant les taux de réussite les plus bas" sont retirées provisoirement : "elles seront réintroduites progressivement le cas échéant après reformulation au fur et à mesure de la familiarisation des candidats avec la nouvelle approche de l’examen du Code" affirme le ministère de l'Intérieur. Le résultat n'est pas très probant : 58 reçus sur 208 soit 27.9% de réussite.

La semaine suivante, nouvelle "mise à jour", toutes les questions enregistrant moins de 35% de réussite sont écartées par le ministère. Mais les moins hardis des candidats n'ont pas tenté leur chance : 35 personnes seulement se présentent à l'examen dans toute la Vienne, 11 échouent. Des places d'examens supplémentaires sont ouvertes le 25 mai pour permettre aux candidats malheureux de repasser le code.

La préfecture se montre optimiste après ces ajustements successifs : les taux de réussite devraient atteindre de nouveau les 70 %. Trop tard, enrage le syndicat CNPA-Education Routière : "il est simplement regrettable de constater, une fois de plus, que le CNPA avait raison. Nous étions les seuls à tirer la sonnette d'alarme en manifestant le 29 février". Ils estiment que les élèves n'ont pas bénéficié d'assez de temps pour se familiariser avec les nouvelles questions.

Le ministère de l'Intérieur affirme, quant à lui, que les élèves se sont insuffisamment préparés aux nouvelles thématiques introduites par la réforme, comme les premiers secours en cas d'accident ou les nouvelles technologies embarquées dans les véhicules.