Top 14 : Toulouse bat Bordeaux-Bègles in extremis

Toulouse, avec un essai de pénalité inscrit à la 86e minute, s'est imposé in extremis (34-32) sur le terrain d'une équipe de Bordeaux-Bègles valeureuse et joueuse samedi soir, en clôture de la 8e journée du Top 14.

© Nicolas Tucat / AFP
Le champion de France, qui est passé tout près de la correctionnelle autour de l'heure de jeu lorsqu'il a été mené de 19 points, rejoint Clermont à la 2e place du classement, à quatre longueurs du leader Toulon.
De son côté, l'UBB, porté par un Lopez inspiré et sa pépite fidjienne Talebula, a longtemps cru tenir son match-référence. La puissance de la mêlée toulousaine l'en a privé après d'interminables arrêts de jeu et une succession de huit mêlées sur la ligne des 5 m bordelaise ordonnées en infériorité numérique (cartons jaunes pour Clarkin, puis Poirot) par l'arbitre italien M. Mitrea.
Le résultat est terrible pour les hommes d'Ibanez - dont le bonus défensif les rapproche à trois points d'Agen (12e) - qui se souviendront pendant des mois de ce raté de Le Bourhis, lancé vers un essai tout fait mais qui perdait tout seul le contrôle du ballon à une dizaine de mètres de la ligne. On jouait la 58e minute et l'Union menait 29-10.
Reste que dans le contenu, les Aquitains n'auront pas à rougir, faisant mieux que jeu égal avec une référence qui avait pris les devants d'entrée par un essai de Picamoles en forme internationale (7).
Il a fallu un bon quart d'heure à Bordeaux pour se régler et avec un Lopez alternant plutôt bien, l'UBB bousculait dans les grandes largeurs des Toulousains solides pour défendre leur ligne.
Les hommes de Guy Novès étaient toutefois dépassés par la flèche australienne Connor, bien servi au pied par son ouvreur et qui devançait dans l'en-but Matanavou et Donguy (14-10, 34).
Et on n'avait pas encore tout vu à la reprise avec en six minutes deux essais de Talebula sur ballon de récupération (43, 49) mettant les 30.000 supporteurs en transe.
Passé l'épisode Le Bourhis, les rentrées du banc du Stade remettaient de l'ordre dans la maison rouge et noire et Matanavou copiait son compatriote en pointant lui aussi deux essais en six minutes (65, 71) dont un second très acrobatique validé à la vidéo (29-27).
La fin de match, insoutenable, voyait Lopez redonner un peu d'air aux siens sur pénalité avant que l'arbitre n'entre en scène dans les arrêts de jeu et ne sanctionne la mêlée girondine.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rugby