Les Noirs de Soulages dans la ville Lumière

Le peintre Pierre Soulages devant l'une de ses oeuvres. / © France 3 Rhône-Alpes
Le peintre Pierre Soulages devant l'une de ses oeuvres. / © France 3 Rhône-Alpes

Le musée des Beaux-Arts de Lyon accueille jusqu'au 28 janvier une trentaine d'oeuvres - dont quelques inédites - du peintre aveyronnais Pierre Soulages.

Par Marie Martin

Il a fait du noir Sa couleur : l'expression "noir Soulages" est même entrée dans le vocabulaire...
Depuis le 12 octobre et jusqu'au 28 janvier 2013, le Musée des Beaux-Arts de Lyon présente une exposition consacrée au peintre aveyronnais Pierre Soulages, à partir de tableaux récents. Une trentaine d'oeuvres - dont certaines sont inconnues du grand public - est ainsi accessible dans la ville des Lumières. 
Un événement consécutif à l'acquisition par le musée de trois oeuvres de l'artiste. Déjà montrées à Lyon lors de la première Biennale d'art contemporain de 1991, sept peintures sont présentées dans les salles de collection d'art moderne.
L'exposition intitulée Soulages XXIème siècle sera par la suite présentée à l'Académie de France à Rome - Villa Médicis. 

L'Outrenoir

L'artiste a activement participé à la mise en oeuvre de cette exposition, dont la mise en lumière est essentielle. C’est en 1979 que le peintre inaugure cette « voie du noir », à laquelle il donnera le nom d’outrenoir. Ce terme décrit l’envahissement de la toile par cette couleur, reflétant la lumière selon les états de surface de la matière picturale. 

  • "Un jour de janvier 1979, je peignais et la couleur noire avait envahi la toile. Cela me paraissait sans issue, sans espoir. Depuis des heures, je peinais, je déposais une sorte de pâte noire, je la retirais, j'en ajoutais encore et je la retirais. […] Cette chose nouvelle allait loin en moi pour que je continue ainsi jusqu'à l'épuisement. Je suis allé dormir. Et quand, deux heures plus tard, je suis allé interroger ce que j'avais fait, j'ai vu un autre fonctionnement de la peinture : elle ne reposait plus sur des accords ou des contrastes fixes de couleurs, de clair et de foncé, de noir et de couleur ou de noir et blanc. Mais plus que ce sentiment de nouveauté, ce que j'éprouvais touchait en moi des régions secrètes et essentielles. »,  Pierre Soulages, « Les couleurs du noir », entretien d’Olivier Pauli, dans Soulages, peintures, cat. exp., Lausanne, Galerie Alice Pauli, 1990.
Exposition Pierre Soulages à Lyon

Le musée Soulages de Rodez

Le projet du musée Soulages à Rodez, sa ville natale, a vu le jour en 2008. La première pierre a été déposée en 2010. Le gros oeuvre est terminé mais avec déjà quatre mois de retard, forçant la Communauté d'Agglomération du Grand Rodez à envisager un report d'ouverture de juin 2013 à fin 2013. 
1700 m2 seront dévolus aux collections permanentes, 500 aux expositions temporaires. Des salles sombres à la lumière maîtrisée permettront d'exposer l'art graphique et les oeuvres sur papier, d'autres, éclairées par les verrières, les grands formats peints. Les oeuvres sont encore en majorité chez Soulages. Elles ne rejoindront Rodez que plus tard, faisant de ce futur musée la plus grande collection de Soulages au monde.
Pour le moment, la collection compte des peintures allant de 1934 à 1972 et des oeuvres gravées jusqu'aux années 2000. 

Pierre Soulages en quelques dates

  • 24 décembre  1919 : Pierre Soulages naît à Rodez (Aveyron)
  • 1938  :  Il se rend à Paris et s’inscrit dans l’atelier privé du professeur de dessin René Jaudon
  • 1939  :  À la demande de son professeur, il se présente au concours de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Bien qu’admis, il refuse d’y entrer, déçu par l’enseignement proposé.
  • 1941  :  Il se rend à Montpellier pour préparer le concours de professeur de dessin et s’inscrit à l’École des Beaux-Arts, où il rencontre Colette Llaurens. Ils se marient peu après.
  • 1947 : Il réalise ses premiers brous de noix. Il expose pour la première fois au salon des Surindépendants (Paris). 
  • 1949  :  Le musée de Grenoble acquiert une œuvre du peintre, la première à entrer dans une collection publique. En mai, première exposition personnelle à la galerie Lydia Conti (Paris).
  • Décembre 1960 –– janvier 1961 –– janvier 1961 : Première rétrospective à Hanovre (Allemagne).
  • 1987  :  Il reçoit la commande des vitraux de l'abbatiale de Conques.
  • 2005 :  Donation du couple au futur musée Soulages, à Rodez, de l’œuvre imprimée, de trois
  • bronzes, des peintures sur papier, des travaux préparatoires aux vitraux de Conques, ainsi que d’un
  • important fonds documentaire et de tableaux de jeunesse.  
  • 2009 : La rétrospective Soulages au Centre Pompidou reçoit plus de 500 000 visiteurs.

Sur le même sujet

Sabotage à la cave coopérative de Cuxac d'Aude

Les + Lus