Affaire du MAHB : Primoz Prost, Dragan Gajic et Luka Karabatic sous la menace d'un licenciement

Les 3 handballeurs montpelliériains, mis en examen dans l'affaire des soupçons de match truqué, sont convoqués mercredi et jeudi au siège du club qui a menacé de licencier ceux qui ont reconnu avoir parié.

Montpellier - Dragan Gajic arrive au palais de justice de Montpellier - 16 octobre 2012.
Montpellier - Dragan Gajic arrive au palais de justice de Montpellier - 16 octobre 2012. © AFP PHOTO / PASCAL GUYOT

Les Slovènes Primoz Prost et Dragan Gajic sont reçus ce mercredi matin à un "entretien préalable à une mesure disciplinaire", avant Luka Karabatic jeudi.

Le frère de Nikola Karabatic a avoué avoir parié sur le fameux match Cesson-Montpellier du 12 mai, tout comme Prost. En revanche, Gajic se dit innocent, mettant en avant son comportement irréprochable pendant la rencontre.

Le club pourrait donc leur réserver un sort différent. "Les joueurs qui ont parié sur la défaite de leur équipe ne sont plus dignes de porter le maillot de ce club", a prévenu son président Rémy Lévy, accordant à l'inverse le bénéfice du doute à ceux qui affirment "les yeux dans les yeux" ne pas avoir agi de la sorte.
Le joueur vedette Nikola Karabatic a ainsi été réintégré la semaine dernière après un entretien avec M. Lévy, avant d'être appelé dans la foulée en équipe de France et de rejouer dimanche en Turquie, pour la première fois depuis son interpellation à l'issue de PSG - Montpellier le 30 septembre.

Le Tunisien Issam Tej est dans le même cas de figure. "Primoz (Prost) a joué la carte de l'honnêteté, et finalement le club ne récompense pas cette prime à l'honnêteté. C'est un peu énervant parce qu'on se dit: si j'avais menti, peut-être que je pourrais jouer aujourd'hui", déplore l'avocat du gardien, Me Franck Nicolleau, contacté par l'AFP.
"On a l'impression que Prost joue les fusibles, c'est plus simple de se séparer de joueurs d'un niveau plus faible et cela permet de sauvegarder une image", estime le conseil.

Au total, 13 personnes, dont cinq joueurs de Montpellier et deux ex-Montpelliérains, transférés au PSG cet été, ont été mis en examen pour escroquerie aux dépens de la Française des Jeux.

Les handballeurs, dont le contrôle judiciaire a été levé le 25 octobre, ont été entendus une nouvelle fois ou vont l'être prochainement, par le juge d'instruction en charge du dossier, avant l'organisation probable de confrontations, a précisé Me Nicolleau.

La Ligue nationale de handball (LNH), elle, a lancé mardi une procédure disciplinaire à l'encontre des sept joueurs mis en examen. Ils risquent sur le plan sportif au maximum six matches de suspension, assortis de 250 euros d'amende par rencontre.

L'enquête judiciaire se poursuit

Concernant l'enquête judiciaire et l'annulation de la convacation de Nikola Karabatic devant le juge d'instruction ce mercredi, il s'agit d'une imcompatibilité de planning pour le juge.
Nikola Karabatic, Luka Karabtic, Jenny Priez, Géraldine Pillet, Primoz Prost, Issam Tej et Mladen Bojinovic pourraient être entendus une nouvelle fois par le juge d'instruction de Montpellier entre le 19 et le 30 novembre.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
paris suspects handball mhb justice quiz sport
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter