4 forcenés interpellés en quelques heures dans 3 villes de la région

En Midi-Pyrénées, le GIPN a neutralisé 2 forcenés à Montauban. Quelques heures après, deux autres forcenés étaient signalés : l'un à Colomiers, l'autre à Toulouse. Tout s'est bien terminé.

Question de lune, loi des séries ou plutôt pure coïncidence, la région est, par moment, marquée par des personnes en déséquilibre psychique qui se retranchent chez elles avec des comportements violents. Ce lundi en a été l'exemple. Le manque de suivi de ces personnes en souffrance psychiatrique est souvent pointé du doigt.

Au mois de juin 2012 déjà, pas moins de sept forcenés armés s'étaient retranchés chez eux et avaient parfois pris des gens en otage en Midi-Pyrénées comme au CIC quartier de la Côte Pavée ou bien à Météo France. La police, les gendarmes ou le GIPN avaient dû intervenir pour négocier.

Aujourd'hui, heureux dénouements, on ne déplore aucun blessé lors des 3 interventions à Montauban, Toulouse et Colomiers.

A Montauban


L'histoire a commencé lorsque ces deux personnes ont jeté des détritus, des tuiles, des briques et une bouteille de gaz de cet appartement d'un quartier du centre de la ville. Ils étaient apparemment en état d'ébriété.

Retranchés dans un appartement, rue des Rondelles à Montauban, deux hommes ont ensuite menacé et injurié les policiers. Les forcenés disaient être armés de kalachnikovs. Les habitants de l'immeuble ont été évacués.

Le GIPN (Groupe d'intervention de la police nationale) a obtenu d'un forcené qu'il se rende de lui-même lundi à la mi-journée. Il s'agirait d'un homme ayant séjourné en hôpital psychiatrique, selon la maire UMP de Montauban, Brigitte
Barèges. 

Peu avant 13h, le GIPN a fait sauter la porte de l'appartement du 3ème étage rue des Rondelles où était retranché le deuxième homme et l'ont interpellé. Tous deux ont été placé en garde à vue. Et l'un d'entre eux a été hospitalisé d'office.



A Toulouse, quartier Saint-Michel


Loi des séries, cette journée a été particulièrement chargée pour la police. Après l'arrestation de ces deux forcenés à Montauban, un autre homme armé s'est cloîtré chez lui à Toulouse, dans le quartier Saint-Michel, dans un immeuble de la rue Montaut. Il a finalement été interpellé par le GIPN à 15h30. Les policiers l'ont appréhendé en rentrant dans l'appartement par surprise. 

Depuis 10h30, cet homme d'une trentaine d'années était retranché chez lui dans un immeuble de la rue Montaut, près de l'ancienne prison Saint-Michel. Il souffrirait de problèmes psychiatriques, notamment de schizophrénie. Il aurait d'abord détruit plusieurs portes à coups de hache chez ses voisins, avant de se retrancher dans son appartement.


A Colomiers


Peu avant, un autre individu, armé d'une arme de poing s'était retranché lui-aussi à son domicile. Il a également été interpellé à Colomiers par la brigade anticriminalité.