A la Cartoucherie à Toulouse, un obus peut en cacher un autre

La dépollution pyrotechnique du site de la cartoucherie réserve une grosse surprise. Le nombre d'obus déterrés est bien supérieur aux estimations. Trois questions (et trois réponses) à Fabien Lucas, responsable du chantier.

Fabien Lucas est responsable du chantier de la cartoucherie. Il travaille chez Géomines, l'entreprise chargée de la dépollution pyrotechnique du site toulousain.

Combien d'obus ont été trouvés sur le site de la Cartoucherie ?

Ce jeudi midi, le compteur était exactement à 7783 obus déterrés sur le site. C'est déjà plus que ce que nous attendions. Nous tablions sur 5 à 6000 mais je pense que ce sera plus vraisemblablement 10 ou 20.000 peut-être même plus.

Pourquoi une telle quantité ?

Ce qui est certain, c'est que ces obus n'ont pas été amenés par un ovni. C'est sans doute lié au passé du site mais je n'ai pas plus d'élément de réponse à apporter à ce sujet.

Avez-vous fait des découvertes surprenantes ?

Hormis le nombre bien plus élevé que ce que nous attendions, non. Il s'agit comme nous le pensions d'obus antiaériens de 20 et 30 mm datant d'après 1955. C'est ce que nous avions estimé dans nos études, historique dans un premier temps puis dans l'ESP, l'étude de sécurité pyrotechnique. Mais leur quantité va bien évidemment prolonger d'autant la durée de l'opération de dépollution pyrotechnique. Au moins jusqu'au 30 novembre, c'est certain. Sans doute au-delà.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité