• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Rugby : le Stade Toulousain s'impose sur le fil face au Racing Metro

Vincent Clerc lors d'un match du Stade Toulousain, en mars 2013. / © AFP PHOTO / FRANCOIS GUILLOT
Vincent Clerc lors d'un match du Stade Toulousain, en mars 2013. / © AFP PHOTO / FRANCOIS GUILLOT

Le Stade Toulousain l'emporte d'un souffle et met fin à une série de 9 victoires du Racing Metro lors de la 23ème journée de Top 14.

Par Laurence Boffet avec AFP

Il s'impose d'un tout petit point... le Stade Toulousain l'a emporté samedi soir 27 à 26 sur le Racing Metro lors de la 23ème journée de Top 14 de rugby.

Le match a été haché par les fautes mais la victoire est là. Et avec elle un grand soulagement pour le Stade Toulousain après des mois de février et mars bien difficiles. Avec cette victoire, Toulouse respire et peut envisager une fin de saison compliquée -avec deux déplacements à Montpellier et Clermont- avec un peu plus de sérénité. 
Toulouse a mis fin à une série de neuf victoires du Racing Metro mais auparavant, les Rouge et Noir auront couru après le score pendant quasiment toute la partie. Il faut dire que l'ouvreur francilien Jonathan Wisniewski alimentait méthodiquement le score (23 points au total).
Devant près de 50.000 spectateurs, au Stade de France à Paris, les joueurs de Gonzalo Quesada semblaient en
effet avoir pris un avantage confortable à la pause (17-6), à la suite d'un essai juste avant la sirène de Wisniewski, véritable homme du match.

Trop indisciplinés au sol et victimes des défaillances en mêlée du pilier gauche géorgien Kakovin, les Toulousains na parvenaient pas à concrétiser leur temps de jeu. Les affaires se compliquaient même sérieusement pour eux avec la sortie prématurée de l'ouvreur Luke McAlister, blessé, puis le carton jaune pour
un plaquage dangereux de Louis Picamoles. Pourtant, ils parvenaient à recoller grâce à deux pénalités obtenues sur ballon porté en infériorité numérique, puis un essai de Vincent Clerc, parfaitement servi par Picamoles qui fixait deux défenseurs.
Le Racing, par la botte de Wisniewski, se détachait de nouveau en capitalisant sur les fautes au sol adverses. Le tournant intervenait finalement avec l'exclusion temporaire de l'ouvreur francilien pour un acte d'anti-jeu.
En infériorité numérique, le Racing subissait les assauts toulousains dans les cinq dernières minutes. Et, en bout de ligne et malgré trois défenseurs, Clerc s'offrait un doublé que Beauxis bonifiait en succès.

Sur le même sujet

Le point sur l'incendie de Banyuls à la mi-journée

Les + Lus