Virgin, c'est fini en région toulousaine

Le magasin Virgin de Roques-sur-Garonne / © Stéphane Compan/France 3 Midi-Pyrénées
Le magasin Virgin de Roques-sur-Garonne / © Stéphane Compan/France 3 Midi-Pyrénées

Le tribunal de commerce de Paris a prononcé ce lundi 17 juin, la liquidation judiciaire du distributeur de biens culturels Virgin Megastore. L'enseigne compte 26 magasins en France, dont celui de Roques-sur-Garonne.

Par Laurence Boffet et AFP

C'est la fin de Virgin en Midi-Pyrénées. Le tribunal de commerce de Paris a prononcé ce lundi 17 juin la liquidation de l'enseigne et de ses 26 magasins, dont celui de Roques-sur-Garonne près de Toulouse. Virgin emploie 960 personnes en France, une vingtaine dans la région.

Chronique d'une mort annoncée

En cessation de paiement, Virgin avait été placé en redressement judiciaire au mois de janvier 2013. Le tribunal de commerce avait rejeté le 10 juin 2013 deux offres de reprise. Deux jours plus tard, la direction du groupe décidait de fermer de façon inopinée ses 26 magasins, invoquant des raisons de sécurité alors que huit d'entre eux étaient occupés par des salariés.
La présidente de Virgin, Christine Mondollot, a qualifié jeudi d'"échec" la fermeture du groupe, pointant du doigt les bailleurs qui ont interdit aux repreneurs "les changements de contrats, de type baisse des loyers".

La fin de l'enseigne Virgin en région toulousaine

Après la fermeture du magasin Virgin du centre ville de Toulouse le 30 juin 2012, remplacé depuis par une grande enseigne de vêtements, il ne restait qu'une seule enseigne du groupe dans la région, à Roques-sur-Garonne. Une vingtaine de personnes y travaille.

Quel avenir pour les salariés ?

Un comité d'entreprise est programmé le 24 juin prochain pour évoquer les modalités du plan social pour les 960 salariés et la quarantaine d'employés des filiales. Pour l'heure, ce plan est doté d'un budget de 8 millions d'euros, alors que les salariés réclament 15 millions. Mme Mondollot a affirmé qu'elle s'occupait "de faire en sorte qu'il y ait le meilleur plan social, avec des formations", l'enseigne disposant de "8.000 euros par personne".
Les syndicats ont également rendez-vous mercredi au ministère de la culture. Selon Philippe Gelinaud, représentant CGT, ils comptent notamment demander la mise en place d'une "cellule de reclassement pérenne pour le secteur culturel". Ce représentant syndical a évoqué Virgin mais aussi les librairies Chapitre qu'on sait menacées et la Fnac, alors que des informations de presse – démenties par la direction – font état d'un futur plan social.



A lire aussi

Sur le même sujet

Des études hydrogéologiques sont actuellement menées dans l'Averyon

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne