Spanghero redémarre mercredi avec un nouveau nom : La Lauragaise

Laurent Spanghero devant les salariés, mercredi 5 juillet 2013. / © ERIC CABANIS / AFP
Laurent Spanghero devant les salariés, mercredi 5 juillet 2013. / © ERIC CABANIS / AFP

Un nouveau nom pour un nouveau départ. Rebaptisée La Lauragaise, la société Spanghero laminée par le scandale des lasagnes à la viande de cheval redémarre mercredi. Une reprise à régime réduit.

Par Laurence Boffet avec AFP

La société Spanghero basée à Castelnaudary dans l'Aude va redémarrer mercredi après cinq mois de difficultés liées au scandale des lasagnes à la viande de cheval. Une reprise partielle pour l'entreprise rebaptisée La Lauragaise par son repreneur Laurent Spanghero et ses associés, avec seulement une quarantaine d'employés sur les 95 salariés repris début juillet.

Cette reprise concerne la production de plats cuisinés, en l'occurrence du cassoulet. Laurent Spanghero a précisé à ce sujet : "nous avons plusieurs commandes à honorer, de différentes enseignes de la grande distribution".
En revanche, la transformation de la viande, l'autre activité traditionnelle de cette entreprise est toujours à l'arrêt, faute de commandes.

Une société en grande difficulté après le scandale des lasagnes à la viande de cheval

Fondée en 1970 par Laurent Spanghero et son frère Claude, la société Spanghero avait été cédée en 2009 à la coopérative basque Lur Berri. Elle a connu de grandes difficultés à la suite du scandale européen des lasagnes à la viande de cheval. Avant d'être mise en liquidation judiciaire le 19 avril 2013.
Le 5 juillet 2013, Laurent Spanghero et ses deux partenaires financiers, un promoteur immobilier de Narbonne Jacques Blanc et la société Investeam, ont obtenu du tribunal de commerce de Carcassonne de reprendre la société. Ils se sont engagés à sauvegarder 90 des 230 salariés pendant au moins deux ans. Ils ont recruté depuis cinq autres personnes pour pourvoir à des postes précis.
Désireux d'abandonner un nom discrédité par le scandale de la viande de cheval, qui a entraîné la désaffection des clients de la société, les repreneurs avaient envisagé de nommer la nouvelle société "Saveurs occitanes", un nom déjà déposé, avant d'opter finalement pour "La Lauragaise", en référence à la région d'implantation de l'entreprise.

Sur le même sujet

Les + Lus