Midi-Pyrénées en retard pour le dépistage du cancer du sein

Selon les chiffres de l'agence régionale de santé, la région midi-Pyrénées se situe en dessous de la moyenne nationale des dépistages du cancer du sein. Des chiffres très inégaux selon les départements et qui peuvent être nuancés.

© MYCHELE DANIAU / AFP
D'après l'agence régionale de santé, en Midi-Pyrénées, 500 femmes meurent chaque année du cancer du sein. Une maladie pour laquelle 2300 nouveaux cas ont été enregistrés chaque année. Parmi les nouveaux cas,  55% ont entre 50 et 74 ans, une tranche d'âge concernée par le dépistage organisé. C'est dans cette tranche d’âge que les cas de cancer sont les plus fréquents.

EN 2011/2012, en France, 52.7 % des femmes ont suivi le dépistage organisé, un chiffre qui n'est que de 48.3% en Midi-Pyrénées. Avec des écarts très importants suivant les départements.
Le dépistage du cancer du sein en Midi-Pyrénées | Create infographics

Selon l'agence régionale de santé, le faible chiffre de dépistage organisé en Haute-Garonne s'explique. En général, dans les zones fortement urbanisées, les femmes ont plus tendances à suivre des dépistages individuels, qui ne sont pas comptabilisés dans ses chiffres. Elle estime que c'est le cas de 30% des femmes de 50 à 74 ans dans ce département.

Ce mardi débute Octobre rose, un mois consacré à la sensibilisation au dépistage du cancer du sein en France

Le dépistage organisé du cancer du sein en trois questions

 

Toutes les femmes de 50 à 74 ans peuvent participer au  dépistage organisé, sans avance de frais.

Un courrier est adressé aux femmes âgées de 50 à 74 ans par le « centre de gestion départemental » du dépistage. Ces femmes sont invitées à faire une mammographie chez le radiologue de leur choix, mais agréé par la structure, parmi une liste jointe à l’invitation.

Après la mammographie, le radiologue donne à chaque femme une première interprétation des résultats. Un second radiologue lira plus tard cette mammographie et enverra les résultats définitifs au domicile, avec les clichés, dans les quinze jours. C’est cette « double lecture » qui est une sécurité importante pour les femmes, en réduisant les risques d’erreur.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé archives
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter