Une personne sur sept sous le seuil de pauvreté en Midi-Pyrénées

© MaxPPP
© MaxPPP

424.000 personnes sous le seuil de pauvreté en Midi-Pyrénées en 2011 : Un chiffre en hausse, mais un peu moins que dans les autres régions. Particulièrement touchés, les moins de 18 ans, les familles monoparentales et les familles avec enfants. Des chiffres qui sont autant de visages et d'histoires.

Par Véronique Haudebourg

424 000 personnes sous le seuil de pauvreté en Midi-Pyrénées, c'est 38.000 de plus qu'en 2008 selon les derniers chiffres publiés par l'INSEE. soit 14,6 % de la population régionale (14,3 % en France métropolitaine). Particulièrement touchés, les départements de l'Ariège et du Tarn-et-Garonne.

Vivre sous le seuil de pauvreté, cela signifie :
  • moins de 977 euros par mois pour un célibataire
  • moins de 1 466 euros pour un couple
  • moins de 2 052 euros pour deux adultes et leurs deux jeunes enfants.  
Les ménages considérés comme pauvres disposent de moins de 977 euros par mois et par unité de consommation. Les économies d'échelle réalisées au sein d'un ménage expliquent que le seuil de pauvreté soit différent selon la taille et la composition des ménages.

Taux de pauvreté par département en 2011 (source INSEE)
 Taux de pauvreté 2011 (%)Ecart taux de pauvreté 2011-2008 (en point)Indicateur d'intensité de la pauvreté (%)
Ariège18,6+1,621,4
Aveyron15.2+0.218.3
Haute-Garonne12.7+1.120.3
Gers15.5+0.619
Lot15.8+0.619.3
Haute-Pyrénées14.9+1.318.4
Tarn15.7+1.019.3
Tarn-et-Garonne17.4+1.319.5
Midi-Pyrénées14.6+1.019.5
France Métropolitaine 14.3+1.219.5
Une pauvreté qui touche particulièrement les villes, de grande ou petite taille mais qui reste stable dans les campagnes. Particulièrement touchés, les moins de 18 ans (19.3%), touchés par la pauvreté de leur famille pour beaucoup, les familles monoparentales (31.5%) et, les couples avec plusieurs enfants. La pauvreté pour les personnes de plus de 65 ans a tendance, elle à reculer.

Derrières ces chiffres, autant de situations extrêmement difficiles, et de visages. Les associations caritatives sont débordées. Exemple aux Restos du coeur à Tarbes qui au-delà du colis alimentaire, essaient d'accompagner les bénéficiaires. Des bénéficiaires qui témoignent de leur situation.
Les restos, ce n'est pas qu'on colis alimentaire.

 

Sur le même sujet

Les + Lus