• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le galon “Gallon” pour le Gallon

Desestierto, le remarquable toro de Gallon dans la muleta de Morenito de Aranda / © Louise de Zan
Desestierto, le remarquable toro de Gallon dans la muleta de Morenito de Aranda / © Louise de Zan

Desestierto, un toro marron âgé de 5 ans des frères Gallon, a reçu le prix "Aimé Gallon" récompensant le meilleur toro de la feria de Saint-Martin de Crau. Ce n'est que justice, cet infatigable combattant aurait reçu les mêmes honneurs dans bien d'autres ferias de France et d'Espagne.

Par Joël Jacobi

Le temps menaçant - il a plu un peu pendant le premier toro et beaucoup à partir du quatrième - en est sans doute la cause : les arènes de Saint-Martin de Crau n'ont pas fait le plein ce dimanche.
Les absents ont eu tort : ce fut une belle course. Le public, connaisseur et généreux, a vibré et malgré la pluie glaciale les gradins sont restés garnis jusqu'à la mort du sixième. Les émotions, ce sont d'abord les toros qui les ont procurés. Venus de 6 élevages français, ils ont affiché six personnalités tranchées et leur jeu varié a fait que l'ennui n'a pas trouvé un seul interstice où se glisser.
Les toros de Gallon (premier) et Alain Tardieu (second) avaient toutes les qualités requises pour la tauromachie d'aujourd'hui : un franc galop, de la noblesse et une charge vibrante dans la muleta. Il n'aurait pas été injustice que le prix fût partagé entre ces deux animaux et que la faena de Mehdi Savalli fut récompensé d'une oreille à l'instar de cette de Morenito de Aranda. Mais le Gallon, 5 ans, bas, bien roulé et travaillé à la cape par un David Adalid qu'on a connu mieux inspiré a été toréé proprement, mais sans profondeur par Morenito. Et le Tardieu, d'un gabarit plus impressionnant, a eu à faire à un Mehdi qui n'a toréé lentement que par intemittence. L'estocade a été foudroyante.
Les deux toros envoyés par Jean Luc Couturier ("Cura de Valverde", quatrième et "Concha y Sierra", cinquième) étaient les plus costauds et les mieux "présentés" du sextet. Le "Curé", plutôt âpre au premier abord, s'est finalement laissé faire par la muleta de Morenito. Et le "Concha y Sierra", à la robe magnifique, n'a rien voulu savoir de celle de Mehdi.
Thomas Joubert, inconditionnellement soutenu par les aficionados, a eu en partage un toro de François André aussi armé et aussi ouvert au dialogue qu'un terroriste avant un attentat et un Blohorn ventru avec un moral de chiffe molle.

Saint Martin de Crau, dimanche 26 avril

Morenito de Aranda : une oreille (Gallon) et une oreille (Cura de Valverde)
Mehdi Savalli : vuelta (Tardieu) et aplpaudissements (Concha y Sierra)
Thomas Joubert : applaudissements après deux avis (François André) et applaudissements (Blohorn).

Deux tiers d'arènes. Temps exécrable. 
Le tiers de pique du premier toro (Gallon) a été salué par la musique des arènes. 

JJ

Sur le même sujet

Gard-Hérault : le ministre de l'Agriculture promet d'aider les exploitants sinistrés

Les + Lus