Cet article date de plus de 4 ans

5 mois après l'incendie mortel de Gabian, un rapport conclut à des "circonstances exceptionnelles"

C'était le 10 août dernier, un incendie ravageait 170 hectares de végétation entre Gabian et Roquessels, dans l'Hérault. Lors des opérations de secours, 4 pompiers étaient très gravement brûlés dans leur camion, l'un d'eux, âgé de 24 ans est décédé en septembre. 3 enquêtes étaient ouvertes.
Roquessels (Hérault) - 150 hectares brûlés et un pompier mort et 3 autres gravement blessés dans l'incendie de Gabian - 10 août 2016.
Roquessels (Hérault) - 150 hectares brûlés et un pompier mort et 3 autres gravement blessés dans l'incendie de Gabian - 10 août 2016. © F3 LR


Des "circonstances exceptionnelles" et 42 recommandations


5 mois après le drame, l'une des 3 enquêtes ouvertes conclut à des circonstances exceptionnelles. Il s'agit du rapport du CHSCT du SDIS de l'Hérault.

Le GIFF s’est finalement retrouvé piégé sur le flanc droit, alors que les largages aériens étaient opérés sur le flanc gauche.
La ou les raisons du non-fonctionnement du système d'autoprotection du camion des victimes restent inconnues. Le camion qui a calé en voulant fuir les flammes n'a pu redémarrer, ce qui explique que l'autoprotection n'a pu fonctionner.

Dans ces circonstances tout à fait exceptionnelles, l’absence de localisation précise du GIFF en raison du couvercle de fumée et la proximité d’une ligne haute tension n’ont pas permis aux moyens aériens d’assurer des largages sur la position du GIFF.


durée de la vidéo: 01 min 21
5 mois après l'incendie mortel de Gabian, un rapport conclut à des "circonstances exceptionnelles" ©F3 LR


Découvrez l'intégralité des conclusions


A la suite de l’accident dramatique survenu lors de l'incendie de Roquessels le 10 août 2016, Pierre Pouessel, Préfet de l’Hérault et Kléber Mesquida, Président du Conseil départemental de l’Hérault et Président du Conseil d’administration du Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS), s’étaient engagés à ce que toute la lumière soit faite sur les circonstances et les causes de cet accident ayant entraîné la mort de Jérémy Beier des suites de ses blessures, ainsi que des blessures très graves à ses camarades, Didier Bordelier, Lucas Canuel et David Fontaine.

3 enquêtes ont été lancées


Les conclusions de cette enquête ont été présentées ce mercredi 25 janvier au CHSCT, en présence du Préfet de l’Hérault, du Président du conseil d’administration du SDIS, des élus, de l’administration du SDIS et des organisations syndicales représentatives des personnels.
A l’issue du CHSCT, l’enquête a été présentée aux familles des pompiers victimes de l’accident.

L’enquête CHSCT


L’enquête a été conduite par une équipe composée de 11 personnes représentant l’administration, les élus, les organisations représentatives des personnels avec l’appui du Centre d’Essais et de Recherche de l’Entente pour la Forêt Méditerranéenne (CEREN). Elle s’est fondée sur les témoignages des différents acteurs engagés dans la lutte contre cet incendie, tant sur le terrain que dans de la chaîne logistique, ainsi que sur les analyses disponibles des matériels et du contexte physique de l’incendie.

Son objectif est de retracer la chaîne des évènements et les facteurs humains, techniques ou naturels qui ont abouti à ce drame.

Les conclusions de l’enquête du CHSCT


Le rapport d’enquête établit que les sapeurs-pompiers du Groupement d’Intervention feux de forêts (GIFF) composé de quatre camions-citernes feu de forêt (CCF) ont été surpris par un feu dont la progression a brusquement changé de direction puis a créé un phénomène thermique hors norme et brutal.
Ainsi la position du GIFF s’est trouvée à proximité immédiate du point de rapprochement de deux fronts de feu qui, en se rejoignant, ont provoqué un couvercle de fumée avec, dans un délai extrêmement bref, un phénomène d’augmentation soudaine et très intense de la température et d’embrasement très puissant de la végétation.

Ainsi, bien qu’il était initialement positionné conformément à ses instructions, correspondant au flanc gauche de l’incendie, le GIFF s’est finalement retrouvé piégé sur le flanc droit, alors que les largages aériens étaient opérés sur le flanc gauche.

Dans ces circonstances tout à fait exceptionnelles, l’absence de localisation précise du GIFF en raison du couvercle de fumée et la proximité d’une ligne haute tension n’ont pas permis aux moyens aériens d’assurer des largages sur la position du GIFF.

Les témoignages des sapeurs-pompiers engagés sur le terrain et l’état des véhicules montrent que ces derniers étaient opérationnels.

L’enquête souligne que dans un contexte de stress intense et d’urgence instinctive liée à l’arrivée du feu, les quatre CCF du GIFF ont procédé à l’enclenchement de leur système d’autoprotection qui permet de protéger les sapeurs-pompiers à l’intérieur du camion.

L’enquête du CHSCT souligne ce que peuvent ressentir des hommes et des femmes face à un tel phénomène soudain et violent engendrant des situations de stress intense.

Le rapport du CHSCT préconise dans ses conclusions 42 recommandations qui concernent la formation, les doctrines de coordination notamment avec les moyens aériens, le suivi du matériel et le déploiement de matériels plus récents dont les dispositifs d’autoprotection sont plus faciles à déployer.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers faits divers incendie sécurité société feux de forêt