Manifestations d'agriculteurs : circulation difficile autour de Toulouse, d'Auch et de Montauban

Dans le secteur de Montauban, les actions de blocages persistent. / © F3 Occitanie
Dans le secteur de Montauban, les actions de blocages persistent. / © F3 Occitanie

Les agriculteurs poursuivaient lundi matin leurs opérations de blocage des axes routiers autour de Toulouse, d'Auch et de Montauban pour protester contre la réforme européenne des zones agricoles défavorisées. 

Par VA.

Après avoir bloqué dimanche la route du retour des stations de ski de Haute-Garonne en empêchant les entrées sur l'A64, pour protester contre le projet européen de révision de la carte des zones défavorisées, des agriculteurs paralysent  la circulation lundi matin sur l'autoroute A 68 entre Albi et Toulouse.

Depuis Saint-Sulpice (Tarn), les manifestants mènent une opération escargot en direction de Toulouse occasionnant jusqu'à 3 heures de bouchon.

Par ailleurs, dans le Tarn-et-Garonne, les agriculteurs continuent de bloquer l'A20 au nord de Montauban, entraînant une coupure de la circulation dans les deux sens entre Cahors et Toulouse.

Dans le Gers, les principaux ronds-points d'Auch doivent être bloqués ce lundi entre 8H30 et 15H00.

De nouvelles manifestations sont également annoncées mercredi à Toulouse où agriculteurs audois et haut-garonnais devraient converger.

Pour couronner cette situation déjà très difficile, mais apparemment sans lien avec les manifestations d'agriculteurs, un camion transportant 9 véhicules a pris feu vers 6 h30 du matin sur la bande d'arrêt d'urgence de l'autoroute A62, à hauteur de Fronton dans le sens Bordeaux-Toulouse. La circulation a dû être réduite sur une seule voie au lieu de trois. Conséquence : un énorme bouchon en direction de Toulouse. 

Une délégation de Nouvelle-Aquitaine et d'Occitanie avait été reçue vendredi au ministère de l'Agriculture et une nouvelle rencontre avec le ministre de l'agriculture Stéphane Travert est prévue mercredi.

De leur côté, la présidente de la région Carole Delga et des parlementaires doivent rencontrer Stéphane Travert dès mardi.

Mais les agriculteurs, qui craignent de perdre des aides sans lesquelles leurs exploitations ne seraient plus viables, sont décidés à ne pas lâcher la pression.

La réforme européenne des zones agricoles défavorisées doit entrer en vigueur au printemps

Les "petites" stations de ski des Pyrénées ont le vent en poupe

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés