Cet article date de plus de 7 ans

Après l'Hérault, le Gard est en alerte sécheresse

Le Gard connaît, depuis ces 3 derniers mois, un déficit pluviométrique important. Les épisodes pluvieux de fin mai n'ont pas permis de rétablir la situation. L’état des cours d’eau est celui que l’on peut observer en général fin juillet, début août. Le Gard est donc en vigilance.
illustration
illustration © F3 LR

Sur tous les cours d'eau, les débits ont désormais atteint ou dépassé le seuil de vigilance.

Le volume stocké par le barrage de Sénéchas (bassin versant de la Cèze) est inférieur de moitié au volume attendu. Compte tenu des perspectives climatiques, on peut s'attendre à ce que cet ouvrage ne puisse assurer un soutien d'étiage optimal de la Cèze, à partir du 1er juillet.

Sur les nappes profondes, qui alimentent en eau potable une grande partie de la population gardoise, la situation est contrastée. La situation la plus tendue s'observe sur la nappe de la Vistrenque (dans la plaine du Vistre au sud de Nîmes), notamment dans le secteur aval de l'aquifère (Vauvert), qui a enregistré son niveau le plus bas depuis 20 ans.

Compte tenu de la situation hydrologique et de l’état de la ressource dans le Gard, le Préfet a décidé de placer en niveau de vigilance l'ensemble du département, et en alerte niveau 1 la nappe souterraine de la Vistrenque et de la totalité du bassin versant de la Cèze.

Et la chaleur arrive, il a fait 37°C à Nîmes ce mercredi. Météo France prévoit 37°C également jeudi.

durée de la vidéo: 01 min 39
Nîmes : il faut chaud, très chaud


Alerte sécheresse de niveau 1
En alerte niveau 1, le remplissage des piscines privées, le lavage des voitures et le fonctionnement des fontaines en circuit ouvert sont interdits.
De plus, des restrictions d’horaires pour l’arrosage sont mises en place.

Ces mesures de restrictions sont détaillées dans l’arrêté sécheresse qui sera affiché en mairie ou consultable sur le site de l’Etat dans le Gard.
Des arrêtés de restriction d’usage de l’eau plus contraignants peuvent être pris par les maires si la situation sur leur territoire le nécessite.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécheresse météo environnement