Ariège : les locaux de l'Agence régionale de Santé envahis par des anti-pass sanitaire

Publié le
Écrit par Marie Martin
Les locaux de l'ARS (agence régionale de santé) à Foix, dans le département de l'Ariège.
Les locaux de l'ARS (agence régionale de santé) à Foix, dans le département de l'Ariège. © Capture écran Google Maps

Des membres de plusieurs collectifs, opposés à l'obligation vaccinale, manifestaient devant la préfecture de Foix, en Ariège, ce vendredi 15 octobre 2021. Certains ont brièvement investi les locaux de l'Agence régionale de Santé, avant de se faire déloger par la police.

Les collectifs de l'IME d'Eycheil, des Patients qui perdent patience et SoignonsNous09, opposés à l'obligation vaccinale et au pass sanitaire, appelaient à un rassemblement devant la préfecture de Foix, ce vendredi 15 octobre, sous la forme d'une chaîne humaine.

Certains militants ont ensuite investi les locaux de l'ARS (Agence régionale de Santé) pour protester contre la suspension des personnels soignants opposés à la vaccination. La police est alors intervenue pour les déloger, à l'aide de gaz lacrymogènes notamment.

Un rendez-vous a été demandé par les manifestants à la directrice de l'ARS de Foix, afin d'entamer des négociations. Selon eux, l'Agence régionale de Santé aurait opposé un refus.


Pour les membres du collectif des Patients qui perdent patience, l'ARS est à l’origine de "la pénurie de services, de médecins, de moyens en personnel, de moyens financiers et techniques". Et donc, de "la maltraitance des patients". Ils réclament "la suppression immédiate des sanctions, mises à pied de soignantes et soignants, la suppression de l’obligation vaccinale, la suppression du pass sanitaire et l’arrêt des suppressions de lits et des moyens humains et financiers au CHAC, CHIVA, à Lavelanet".

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.