Les résidents et les emplois de deux EHPAD d'un groupe en faillite devraient trouver repreneur

Le 28 février 2024, le tribunal de commerce de Nanterre a placé le groupe d’Ehpad privé Medicharme en liquidation judiciaire. En Ariège, deux établissements étaient dans l’incertitude quant à leur avenir. Le département confirme que des offres de reprise ont été déposées.

Pour les élus du département de l’Ariège, il était inenvisageable de fermer les deux maisons de retraite appartenant au groupe privé Medicharme, placé en liquidation judiciaire fin février. « Aujourd’hui on a rappelé le rôle du département dans cette procédure : donner des avis sur les candidatures pour la reprise des établissements et dépasser ce rôle pour construire des solutions avec le territoire », souligne Christine Téqui, présidente du conseil départemental de l’Ariège. Avec un seul objectif : faire en sorte qu’aucun établissement ne reste sans repreneur. Il revient en effet au département d'émettre un avis sur les projets de reprise après la liquidation judiciaire. 

Interrogé par nos équipes, le coordinateur régional CGT Santé Action Sociale Yvan Dupont estimait à environ 80 le nombre de salariés sur les deux sites. L’enjeu pour les élus était donc double : conserver les emplois et éviter tout déménagement des résidents.

Cinq offres de reprise

Dès l’annonce du tribunal de commerce de Nanterre, une offre publique avait été déposée pour l’établissement de Fabas. Ce 11 mars, une seconde offre avait elle aussi reçu un avis favorable de l’ARS et du département. Une troisième offre, de la Communauté de communes du Couserans doit être validée ce 12 mars.

"Le rôle du juge est de retenir les offres"

Christine Téqui, présidente du conseil départemental de l'Ariège

L’avenir du deuxième établissement, à Fossat, était beaucoup plus inquiétant. Sur les 47chambres de l’Ehpad, 40 appartiennent à des investisseurs privés. Des « montages financiers alambiqués » selon Christine Téqui, freinant les offres de reprise. « On a construit une offre avec la Communauté de communes, sérieuse et accompagnée » a-t-elle expliqué. Passée en délibération hier, cette offre publique a mené une association à déposer une seconde offre de reprise.

Lire aussi : Personnes âgées amenées à quitter leur maison de retraite, emplois menacés : inquiétude après la faillite d'un groupe d'Ehpad

Prochaine étape du dossier : les offres seront étudiées par le juge du tribunal de commerce de Nanterre à partir du 13 mars, et une éventuelle reprise validée le 21 mars. « On a bâti des solutions, le rôle du juge est maintenant de retenir les offres », soutient Christine Téqui. Actuellement, l’Ariège compte 27 Ehpad, dont 24 sous modèle public ou associatif. Théoriquement, les résidents et les emplois des deux établissements devraient donc être sécurisés.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité