Luzenac : l'incroyable histoire du petit club de foot ariégeois promu puis privé de Ligue 2

© MaxPPP
© MaxPPP

Le petit club du Luzenac Ariège Pyrénées (LAP) a navigué pendant 7 ans entre espoirs et déceptions. Petit Poucet du foot en 2010, il dispute sa place dans la cour des grands jusqu'à ce qu'en 2014, la justice et la LFP (Ligue de football professionnel) mettent un terme à son rêve de Ligue 2.

Par Nathalie Fournis

Un village du sud Ariège (09) : Luzenac, 550 habitants, ses mines de talc à ciel ouvert parmi les plus grandes du monde et son club de foot.
Le LAP est un club à part.

Dès 1985, il ne cesse de gravir les échelons passant de la 4ème Division à la Division d'Honneur en 1999.
Avant d'accéder en CFA2 (5ème Division) puis en National 10 ans plus tard, le club n'a fait qu'évoluer vers les divisions supérieures.
Alors qu'il joue en National depuis 2 saisons, en 2011, le club a bien failli disparaître sous les dettes et un redressement de l'Urssaf. Avec un budget de fonctionnement d'1 Million d'€, la commune en subventionnait le tiers : la pérennité du club était en jeu.

Cette même année, l'homme d'affaire Jérôme Ducros, déjà partenaire, sauve le club de la faillite et de la relégation en Division d'Honneur. 
Le nouveau président a des relations dans le monde du sport.
L'ancien gardien de but champion du Monde 1998 et originaire de Lavelanet (09), Fabien Barthez n'est pas insensible au sort du petit club et accepte d'en devenir le président d'honneur avant d'endosser la direction générale du LAP.
 

Les ambitions des dirigeants : la Ligue 2


Pour professionnaliser le club à l'esprit local, où tout le monde se connait, beaucoup de chemin reste à parcourir.
Pas question de se contenter du niveau National. Mais le club ne possède ni centre de formation ni terrain conforme.

Dès 2012 Jérôme Ducros veut faire du club la vitrine du département avec l'objectif de gagner sa place en L2.
Alors qu'il n'y a plus un seul ariégeois dans l'équipe, comment recréer l'ancrage local qui a fait la particularité de Luzenac ?
L'Ariègeois Fabien Barthez qu'il convainc d'intégrer le staff sera sa planche de salut. Professionnaliser sans perdre son âme.
En 2012 le club quitte la pelouse intimiste du stade Paul Fédou de Luzenac, trop petit et délocalise les matchs à Foix.
Des navettes seront même mises en place pour le déplacement des supporters à 35 km du petit village.

Mais la Ligue de Football Professionnel refuse de faire jouer les matchs à Foix. Le stade Jean-Noël Fondère est lui aussi sous-dimensionné pour accueillir les rencontres au niveau National.
Ses modestes tribunes de 3.000 places dont 1.800 assises ne sont pas aux normes et les équipements ne répondent pas aux exigences de la LFP.
Pourtant le 18 avril 2014, malgré la faiblesse des équipements du stade de Foix, le club décroche la victoire face à Boulogne-sur-Mer.

Qu'à cela ne tienne, il faudra se faire une raison et aller plus loin pour trouver un stade plus grand.
Un comble pour les "Rouge et Bleu" qui viennent d'officialiser leur montée en L2.

L'exil à une heure et demie de route de Foix, au Stadium de Toulouse va s'imposer pour les matchs comme pour les entrainements, qui se tiendront eux, sur les terrains de la Ligue Midi-Pyrénées en banlieue toulousaine.
 

Barthez est présent aux entrainements et s'investit de plus en plus, jusqu'à intervenir dans les recrutements hors département.
 

 

Entre victoires et déceptions


Luzenac peut se prévaloir d'être la plus petite commune de France à avoir évolué aussi haut dans la hiérarchie du football. 
Président, dirigeants, entraineurs et joueurs, tous ont réussi à maintenir la cohésion et l'unité qui font la force de cette équipe.

Habitué à jouer le maintien en National, le LAP a trouvé un nouveau souffle et prend une nouvelle dimension. Avec son accession en Ligue 2 à l'issue de la 29e journée de National le 18 avril 2014, tous les voyants semblent au vert pour un plus beau destin. 

Mais 2014 sera l'année du chaud et du froid pour le club.
En mai 2014, la LFP dévoile le calendrier où figure Luzenac si le club trouve un stade adapté. Un accord est signé avec la municipalité de Toulouse.
En juin le gendarme financier du football français, la DNCG, interdit l'accession en Ligue 2 en raison d'un budget trop faible.
Le club saisit le Tribunal administratif de Toulouse.
A la reprise du championnat de Ligue 2 la justice donne finalement raison à Luzenac qui réintègre l'élite.

En août 2014, coup de théâtre, la LFP recale Luzenac pour stade non conforme, alors que le championnat a débuté depuis une semaine.
 


Le club saisit une nouvelle fois la justice. Le tribunal administratif de Toulouse rejette le référé de Luzenac : le club ne montera pas en ligue 2.
En désespoir de cause, Luzenac demande à revenir dans le championnat National qui a déjà commencé, mais cette demande n'est pas acceptée par la Fédération Française de Football (FFF).
Après plusieurs recours du président Jérôme Ducros et un nouveau revers judiciaire, la justice estime que la LFP a commis des fautes et que le club doit être indemnisé.

Ce bras de fer judiciaire trouvera son épilogue le 25 juin dernier où, contre toute attente, le tribunal administratif de Bordeaux annule les jugements et les décisions précédentes et reconnait que Luzenac aurait dû jouer en Ligue 2 lors de la saison 2014-2015.

Le rêve définitivement anéanti pour un club de foot, un village, un département.
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Meurtre de Priscillia à Estagel : un jeune homme de 18 ans en garde à vue

Les + Lus