Reconnaissance des électrohypersensibles : ce qu'en pense les personnes concernées

Electrohypersensibilité, une vraie souffrance. / © France 3 Occitanie
Electrohypersensibilité, une vraie souffrance. / © France 3 Occitanie

L'Agence nationale de sécurité sanitaire reconnaît pour la première fois la souffrance des électrohypersensibles, ces personnes incapables de supporter les ondes des téléphones. Une reconnaissance tardive et partielle, pour le collectif ariégeois "Zones blanches en vallée d'Artillac". 

Par Marie Martin

Migraines, acouphènes, vertiges : le quotidien des personnes électrohypersensibles peut être un véritable enfer. 
Longtemps niée, cette souffrance est aujourd'hui reconnue, dans un récent rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire. Seulement voilà, si les symptômes sont admis, le lien avec une exposition aux ondes ne l'est pas. 
Or, pour les victimes de ce handicap, le fond du problème est là. Et ce refus de la France de reconnaître le lien est pour elles incompréhensible.

En Midi-Pyrénées, quelques 80 personnes se sont déclarées électrohypersensibles. Dans le département de l'Ariège, une dizaine d'entre elles s'est rassemblée au sein d'un collectif "Zones blanches en vallée d'Artillac". Car pour eux, la solution pourrait venir de la création de zones blanches, dans lesquelles les personnes touchées par l'hypersensibilité aux ondes vivraient protégées de l'origine de leur handicap. 

Voir le reportage de Robin Doreau et Pascal Dussol, de France 3 Occitanie : 

Ariège : reconnaissance des électrohypersensibles, quelle avancée ?

 

Sur le même sujet

Les + Lus