Usine en feu à Pamiers en Ariège : "pas de toxicité relevée pour l'instant", mais la prudence reste de mise

L'incendie de l'usine Aubert & Duval est circonscrit depuis la fin de matinée de ce 10 septembre 2021. Les mesures d'urgences mises en place à titre préventif suite à des émanations ont été levées. Mais la Préfecture et l'ARS d'Occitanie font des recommandations à la population.
L'incendie de l'usine métallurgique Aubert & Duval est circonscrit mais suite aux émanations, l'ARS d'Occitanie et la Préfecture de l'Ariège font des recommandations.
L'incendie de l'usine métallurgique Aubert & Duval est circonscrit mais suite aux émanations, l'ARS d'Occitanie et la Préfecture de l'Ariège font des recommandations. © Geoffrey Berg / FTV

L'incendie intervenu ce vendredi 10 septembre au matin peu avant 7h a été circonscrit vers 10h25. Mais des produits toxiques ont pu s'échapper de l'usine (qui n'est pas classée site Seveso) dans les épaisses fumées noires. La population alentour et les établissements scolaires ont dans un premier temps été confinés, puis déconfinés en fin de matinée. Puis, dans l'après-midi, la préfecture de l'Ariège et l'ARS d'Occitanie ont appelé à la vigilance. 

Pas de toxicité relevée pour l'instant

"Une évaluation des risques sur le site est en cours par les services spécialisés du Sdis",  selon Sylvie Feucher, préfète de l'Ariège. "Plusieurs analyses sont en cours, notamment sur la qualité de l’eau, en raison d’un débordement lié à une panne d’une pompe de relevage. Mais on n’a pas relevé de toxicité pour l’instant." Les premiers résultats ne font pas état de produits dangereux dans l'atmosphère.

Par ailleurs, des bilans de santé ont été réalisés auprès des 150 pompiers, des gendarmes et des policiers intervenus sur place. Il n'y a pas eu d'hospitalisation, ni chez les forces d'intervention ni au sein de la population. Des relevés vont être faits sur les sols et bien sûr concernant la qualité de l'air. Les premiers résultats d'analyses sur la qualité de l'eau ne soulèvent pas d'inquiétude. Le périmètre à risque s'étend sur 1 km2 en zone urbaine. 

L'ARS recommande à la population de rester chez elle

La déléguée départementale de l'ARS Occitanie était présente lors de la conférence de presse organisée par la préfecture cet après-midi. "Tant qu’on n’a pas les résultats des analyses, il est recommandé à la population de rester au maximum à son domicile, surtout pour les plus fragiles. Éviter les activités sportives en extérieur. Il peut y avoir des symptômes de type céphalées ou maux de gorge", assure Marie-Odile Audric-Gayol.

Le directeur de l'usine Aubert & Duval s'est voulu rassurant. "L’atelier qui a brûlé occupe une trentaine de personnes. Une cellule de crise a été mise en place immédiatement sur le site. L’ensemble des salariés a été averti afin qu’ils restent chez eux." L'activité de l'usine est donc interrompue. Elle redémarrera en fonction des résultats des analyses.

Certains établissements scolaires de Pamiers situés près de l'usine, comme l'école élémentaire des Carmes et du Pont Neuf, ont été évacués ce matin en raison de cette proximité.

Pour le reste, les élèves sont restés confinés jusqu'à 11H30. 

Prudence sur la consommation de fruits et légumes

Il vaut mieux éviter de consommer les légumes cultivés dans les jardins à Pamiers et autour, même si pour l’instant les relevés effectués sur l’eau et sur le sol ne sont pas inquiétants.

Sylvie Feucher, préfète de l'Ariège

Une cellule d'information a été mise en place par la préfecture. En cas de doutes ou de symptômes inquiétants, vous pouvez joindre le 05 61 02 11 86.

Une usine déjà menacée

Ce matin, les Appaméens ont eu peur face aux épaisses fumées noires. L'impact psychologique peut être important du côté de la population mais surtout auprès de la centaine d'employés qui travaillent dans cette usine. Aubert & Duval est l'un des principaux employeurs de la ville.

Il y a un mois, le groupe Eramet confirmait sa volonté de vendre sa filiale Aubert & Duval. Un rachat synonyme de plan social. 144 emplois pourraient être menacés.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société incendie faits divers économie