Cet article date de plus de 6 ans

Mediapart épingle l'ariégeois Jean-Pierre Bel sur une affaire d'emplois familiaux

Alors qu'il quitte la présidence du Sénat ce mercredi 1er octobre, le socialiste Jean-Pierre Bel est visé par Médiapart. D'après la rédaction, il a fait embaucher sa compagne par l’un de ses amis sénateurs en 2009 sur un poste d’assistante parlementaire. Aux frais du Sénat.
Jean-Pierre Bel reçu à Matignon le 24 septembre 2014
Jean-Pierre Bel reçu à Matignon le 24 septembre 2014 © MaxPPP
957 euros brut par mois pour un mi-temps (731 euros net), soit un coût de 1 367 euros mensuels pour le Sénat. La note n'est pas lourde mais cela "coûte quand même cher à la démocratie" pointe Médiapart dans un article publié sur son site internet mardi 30 septembre (accès payant). C'est le montant du contrat obtenu par la compagne de Jean-Pierre Bel, en 2009.

Jean-Pierre Bel, ancien sénateur de l'Ariège qui quitte la présidence du Sénat ce mercredi 1er octobre sans s'être représenté aurait, d'après Médiapart, fait embaucher sa compagne par un proche : Alain Fauconnier, sénateur socialiste de l’Aveyron.

D'après le pure player, le CDD d'assistante parlementaire a été signé le 1er octobre 2009 par Iriadne Pla Godinez, jeune cubaine de 24 ans, "ancienne mannequin". Elle vient alors d'arriver en France, "après avoir travaillé à l’hôtel Mercure de La Havane à l’organisation de circuits touristiques" rapporte Médiapart. A l'époque Irina Pla Godinez et Jean-Pierre Bel sont compagnons mais ne sont pas encore mariés.

Interrogé par Médiapart, Jean-Pierre Bel nie "tout emploi fictif et tout arrangement". Alain Fauconnier estime pour sa part que le contrat s’est fait "en toute transparence, en toute légalité".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique archives emploi