Aude : ils veulent traverser le golfe de Gabès en Tunisie en windfoil

Les trois amis s'entraînent à Gruissan, dans l'Aude. / © France 3 Languedoc-Roussillon
Les trois amis s'entraînent à Gruissan, dans l'Aude. / © France 3 Languedoc-Roussillon

Trois amis s'entraînent à Gruissan, dans l'Aude, avec pour objectif de traverser le golfe de Gabès en Tunisie. Mais pas avec n'importe quel moyen de transport : en windfoil, une planche à voile équipée d'une aile qui permet de s'élever dans les airs.

Par Victor Lengronne

MISE A JOUR DU 11 MARS 2020 :

Le raid qui devait se dérouler en windfoil dans le golfe de Gabès est annulé en raison du coronavirus. Les bateaux qui arrivent de Sardaigne doivent respecter une période de quarantaine ce qui repousse l’aventure, leur bateau d’assistance arrivant justement de Sardaigne Ils envisagent de repartir en février 2021.


Ils se lancent à l'ssaut du golfe de Gabès. Alain Gabet, Michel Ouallet et Régis Petratto s'entrainent en vue d'affronter les puissants courants du golfe tunisien, qu'ils veulent traverser en windfoil, une planche à voile équipée d'une aile qui permet de s'élever dans les airs... Leur "Tunisia Foil" : un raid de 300 kilomètres sur plusieurs jours qu'ils partageront avec des élèves de Port-la-Nouvelle.

Alain Gabet est un pionnier. Ce montagnard installé à Gruissan, dans l'Aude, pratique la planche à voile depuis 42 ans. Autant dire depuis ses origines.
 

"Une glisse complètement nouvelle"


Il est accompagné de deux amis : Régis Petratto mais surtout Michel Ouallet, également pratiquant depuis plus de quarante ans, avec qui il a traversé la Méditerrannée, le Détroit de Béring et relié les îles au large de la Nouvelle Calédonie.

Ils ont succombé au foil. Cette aile vissée sous le flotteur est une révolution technologique. "J'ai souhaité le faire en windfoil parce que c'est une glisse complètement nouvelle où on se sent dans les airs et je voulais voir au niveau des courants comment arriver à les passer."
 

Ils volent au-dessus de l'eau


Une disicipline où il ne faut surtout pas oublier son casque. "On se prend des chutes de temps en temps. Et comme on est assez hauts sur l'eau... Le mât peut nous tomber dessus."

Avec leurs drôles d'engins un peu encombrant les tontons windsurfers prennent le large. En quelques instants, ils volent au-dessus de l'eau. Seul le bruit du vent dans la voile est perceptible.
 



 

Sur le même sujet

Les + Lus