200 personnes manifestent à Carcassonne contre la corrida

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fabrice Dubault
Carcassonne - les arènes avant les corradas - 30 août 2014.
Carcassonne - les arènes avant les corradas - 30 août 2014. © F3 LR F.Guibal

Deux cents personnes ont manifesté, dimanche, à l'appel du comité radicalement anti-corrida, (CRAC) Europe, à Carcassonne contre les corridas organisées dans le cadre de la feria locale, a constaté un correspondant de l'AFP. 2 défilés ont eu lieu à 11h et 17h.


Les manifestants ont défilé à deux reprises sans incidents dans le centre-ville pendant la corrida du matin et avant la corrida prévue à 17h30. Leur cortège s'est arrêté à une centaine de mètres des arènes, conformément à la déclaration déposée à la préfecture par le CRAC-Europe.

Les manifestants ont défilé derrière une banderole clamant "La torture n'est pas une culture" et des pancartes "Corrida la Honte!".

Samedi 22 août à Maubourguet près de Tarbes, une "action citoyenne" non revendiquée par l'association, mais à laquelle plusieurs de ses responsables participaient, s'était traduite par l'envahissement de la piste de l'arène par plusieurs dizaines de personnes.
L'opération avait donné lieu à des affrontements violents avec les aficionados et les forces de l'ordre, faisant plusieurs blessés, en particulier chez les anti-corrida.

Dimanche, les organisateurs de la manifestation n'ont pas laissé prévoir un nouvel envahissement. En revanche les manifestants comptaient rester rassemblés pendant toute la durée de la seconde corrida face aux forces de l'ordre, pour crier des slogans hostiles à la tauromachie, des cris portés par le vent jusqu'aux aficionados réunis dans l'arène.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.