3 raisons pour lesquelles les Pyrénées sont incontournables dans l’édition 2018 du Tour de France

Publié le Mis à jour le

Avec neuf cols, une micro étape qui promet d’embraser vos émotions et un contre-la-montre au cœur du Pays-Basque, les étapes de la Grande Boucle dans les Pyrénées se présentent comme celles à ne pas louper.
 

C’est ici que tout pourrait se jouer. Après la Vendée, la Bretagne, le retour des vicieux pavés (21,7 km, un record) et les premières ascensions sur les routes des Alpes, les coureurs attaqueront la dernière semaine décisive du Tour de France dans les Pyrénées. Au programme, du mythique de l’inédit et des tracés pour les grimpeurs et les sprinteurs.
 

L’inédite attendue : 17e étape Bagnères-de-Luchon - Saint-Lary Soulan

Sur le papier, tous les ingrédients d’une étape reine sont là. D’abord, il y a ce format court, 65 petits kilomètres dont 38 en montée, qui promet un course dynamique où certains favoris ne devraient pas manquer d'attaquer sans attendre l’ascension finale. Au menu du jour, il faudra se coltiner le col de Peyresourde jusqu’à la station de Peyragudes, le col de Val Louron-Azet, puis la montée vers le Plat d’Adet avant de s'attaquer au plus haut sommet jamais escaladé dans les Pyrénées : le col de Portet 17,9 km, à 2215m et une pente moyenne de  (8,2 % ). 
 
 

Les classiques pourvoyeurs d'émotions : Portillon, Aspin, Tourmalet


Comme c'est bien souvent le cas, l'arrivée dans la région se fera par Mende (Lozère). La dernière fois que le Tour est passé par la côte de la Croix Neuve (3 km à 10%) Stephen Cummings remportait l’étape devant Thibaut Pinot et Romain Bardet. Avec les cols du Portet d’Aspet (1069 m), de Mente (1349) et du Portillon(1293) la deuxième étape des Pyrénées Carcassonne - Bagnères-de-Luchon a tout d'un classique. La descente technique du Portillon avait notamment permis à Froome, en 2016, de s’imposer et prendre le maillot jaune. Autre classique, cette arrivée à Bagnères-de-Luchon, qui accueillera le Tour pour la 55e fois (déjà 30 départs et 24 arrivées). La 19e étape Lourdes – Laruns (200km) sera l'occasion de redécouvrir des cols mythiques comme Aspin, Tourmalet, Soulor et Aubisque.
 

Un final au Pays basque :  Saint-Pée-Sur-Nivelle – Espelette 


Voilà 12 ans que le Pays basque français n'avait pas vu l'ombre du peloton. Et la veille de l’arrivée à Paris, les coureurs s'affronteront dans un ultime contre-la-montre, dernière occasion de grappiller de précieuses secondes capables de faire basculer le classement final. Il se déroulera le samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette, deux villes étapes inédites.
  •             14e étape : Saint-Paul-Trois-Châteaux – Mende (samedi 21 juillet)
  •             15e étape : Millau - Carcassonne (dimanche 22 juillet)
  •              Lundi 23 juillet : repos à Carcassonne
  •              16 étape : Carcassonne - Bagnères-de-Luchon (mardi 24 juillet)
  •              17e étape : Bagnères-de-Luchon - Saint-Lary-Soulan (mercredi 25 juillet)
  •              18e étape : Trie-sur-Baïse - Pau (jeudi 26 juillet)
  •              19e étape : Lourdes - Laruns (vendredi 27 juillet)
  •              20e étape : Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette (samedi 28 juillet)