Aude : 4 nouveaux cas d'enfants intoxiqués à l'arsenic dans la vallée de l'Orbiel

Les 4 enfants anormalement positifs à l'arsenic ont 2 ans et demi, 4 ans, 5 ans et 8 ans et sont scolarisés dans les écoles du Mas-Cabardès et de Lastours. Ces 4 nouveaux cas s'ajoutent aux 3 premiers révélés le 18 juin dernier, après des analyses d'urine. Le BRGM a lancé des tests des sols.

Les résultats d'analyses de trois enfants ont révélé des taux élevés d'arsenic en juin 2019, 4 autres enfants sont diagnostiqués en juillet
Les résultats d'analyses de trois enfants ont révélé des taux élevés d'arsenic en juin 2019, 4 autres enfants sont diagnostiqués en juillet © France 3 LR - F.Guibal

Les familles de 8 nouveaux enfants ont décidé de pratiquer des tests urinaires pour dépister leux taux d'arsenic. 2 sont au seuil légal de référence maximale fixé à 10 unités et 2 sont largement au dessus, respectivement à 27 et 36 unités.
Les prélèvements ont eu lieu au centre hospitalier de Carcassonne.

Ces 4 nouveaux cas s'ajoutent à 3 autres enfants dépistés début juin et intoxiqués à l'arsenic avec des taux de créatinine situés entre 12 et 20 unités.
 

Le BRGM débute une campagne de mesures de pollution des sols


Leur venue était très attendue... Deux agents du BRGM, le bureau de recherches géologiques et minières, ont commencé lundi 1er juillet leur campagne de mesures des sols autour de l'Orbiel. Elle doit durer tout l'été.
Objectif : dresser un état des lieux précis de la pollution des sols à l'arsenic et aux métaux lourds. Au total, 15 éléments vont être recherchés.

C'était l'une des principales actions annoncées la semaine dernière par les services de l'Etat pour rassurer les populations inquiètes. Et comme un symbole, c'est l'école du village de Lastours qui a accueilli le BRGM pour les premiers prélèvements. Mais 12 communes seront testées.
Les résultats sont attendus à l'automne. Et en fonction de ceux-ci, l'autorité régionale de santé décidera ou non de lancer une enquête de santé publique, pour mesurer les effets éventuels de la pollution sur les populations.
 

Un sol pollué après les inondations d'octobre


En avril, des mesures réalisées par des chercheurs indépendants avaient montré des taux d'arsenic très élevés dans la cour, qui a été inondée en octobre dernier par le Grésillou. Le maire avait alors fait enlever la terre polluée sur 10 à 15 cm.

Dans la foulée, des parents d’élèves, inquiets de savoir que leurs enfants avaient été exposés à cette pollution pendant 6 mois, décident de faire analyser leurs urines pour y chercher des traces d’arsenic. Le 16 juin, trois premières analyses pour trois enfants sont rendues publiques par des parents qui interpellent alors les différents acteurs du dossier : préfecture, bureau de recherches géologiques et minières (chargé de gérer les anciens sites miniers et de surveiller les pollutions associées) et l’ARS, l’autorité régionale de santé, l’agence qui s’occupe notamment de la veille sanitaire.
Sous la pression, l’ARS Occitanie propose alors aux parents d’élèves de dépister systématiquement les enfants de l’école et de prendre en charge financièrement les analyses urinaires, analyses qui ont été effectuées pour partie le 19 juin dernier à l’hôpital de Carcassonne.

Le 25 juin se tenait à la préfecture de l’Aude, une commission locale d’information, qui réunit tous les acteurs du dossier (associations, services de l’Etat, élus, etc.).

L’occasion pour le préfet de l'Aude de faire plusieurs annonces :
 Autres mesures annoncées par le préfet de l’Aude, Alain Thirion :

La réalisation d’une enquête pluri-annuelle, confiée à l’équipe du chercheur indépendant Phlippe Behra, qui devrait commencer à l’automne. Pour comprendre la pollution et son évolution, dans les sols, les cours d’eau mais aussi l’air.

Enfin, une étude a été confiée au BRGM sur les sites de Nartau et de Ramel. Ce sont deux sites de stockage de centaines de milliers de tonnes d’arsenic pur, à l’air libre pour le premier, enfoui pour l’autre, situés à 1,5km à vol d’oiseau de Lastours. Ils sont soupçonnés depuis de longues années d’être une des principales sources de pollution du milieu environnant.
Le grésillou, ruisseau qui a inondé la cour de l’école de Lastours passe au pied de la verse de Nartau. L’étude du BRGM doit dire s’il est possible de confiner ces stocks d’arsenic ou de les évacuer et quel coût cela représenterait.
 
durée de la vidéo: 01 min 49
Aude : 7 cas d'enfants intoxiqués à l'arsenic dans la vallée de l'Orbiel ©F3 LR


La contamination à l'arsenic


Lors de la conférence de presse de l’ARS Occitanie, du 19 juin dernier, le professeur Mickaël Franchitto, le directeur du centre antipoison de l’hôpital Purpan à Toulouse rappelait que les tests urinaires ne peuvent détecter une contamination à l’arsenic que dans les quinze jours qui suivent la contamination.
Les enfants qui présentent de forts taux d’arsenic auraient donc été exposés à l’arsenic dans les quinze jours précédents les analyses, ce qui, à priori, écarterait la cour de l’école comme source de contamination. Ce que semblent confirmer les dernières analyses puisque l’enfant qui présente le plus fort taux d’arsenic n’est pas encore scolarisé.
Les médecins vont s’attacher dans les prochains mois à suivre l’évolution des taux d’arsenic chez les enfants. Les résultats des analyses réalisées sur les autres enfants devraient être connus dans les deux prochaines semaines.

Pour l’instant, les parents souhaitent attendre l’arrivée de tous les résultats pour communiquer.


La consommation des légumes de jardin est interdite


Depuis les inondations meurtrières d'octobre 2018, les jardins familiaux de Trèbes sont presque tous à l'abandon. Car l'Orbiel les a inondé, laissant des sédiments à forte teneur en arsenic venus des anciennes mines d'or de Salsigne.

Ce matin là, Anselme, est tout de même venu entretenir son terrain, même si cette année, il a choisi de ne rien y cultiver.
Quelques jardiniers amateurs ont tout de même planté leurs cultures. Mais un arrêté préfectoral, pris fin juin, leur en interdit en principe la consommation.

Au total, le préfet de l'Aude a signé 8 arrêtés pour protéger la population.

Jusqu'à la mi-septembre de nombreux établissements recevant du public seront fermés comme le terrain de foot à Villalier. Le 15 octobre dernier, l'Orbiel juste derrière a débordé et a complètement inondé l'endroit laissant des sédiments possiblement pollués aux métaux lourds et à l'arsenic.
Le bureau de recherches géologiques et minières doit mener une campagne de prélèvements cet été pour mesurer exactement le niveau de pollution des sols.

Enfin, autre sujet d'inquiètude pour les associations : la direction de l'étude est confiée au BRGM, l'organisme de l'Etat qui dément, depuis novembre dernier, toute surpollution due aux inondations.
 
L'école de Lastours
L’école de Lastours est un regroupement pédagogique de plusieurs communes environnantes. 19 enfants sont scolarisés en maternelle. 21 autres le sont à l’école élémentaire sur la commune voisine de Mas-Cabardès. Mais l’ALAE, la garderie, a lieu sur le site de Lastours pour tous les enfants de l’école qui y ont recours. Donc, les 40 enfants sont concernés par ces analyses.

Le 17 juin dernier, on apprenait que trois enfants scolarisés à l’école primaire de Lastours avaient des taux anormaux d’arsenic, compris entre 12 et 20 µg/g de créatinine. Il n’y pas de norme en la matière, mais 95% des adultes présentent des taux inférieurs à 10µg/g de créatinine.
De nouveaux résultats d’analyses viennent de parvenir pour 8 autres enfants. 4 d’entre eux présentent des taux supérieurs à la norme, avec des valeurs comprises entre 10 et 36 µg/g. La plus jeune a deux ans et demi, et c’est celle qui présente le plus fort taux (36) alors qu’elle n’est pas scolarisée à l’école de Lastours. Le plus âgé a huit ans.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société santé pollution environnement jeunesse famille inondations météo intempéries
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter