• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Aude : des forestiers-sapeurs d'Ardèche appelés à la rescousse pour nettoyer les cours d'eau après les inondations

Sur les bords du Lauquet, dans l'Aude dont les débordements avaient provoqué de gros dégâts sur les communes de Verzeilles et de Saint Hilaire, des forestiers sapeurs sont venus de l'Ardèche pour prêter main forte aux habitants.  / © F3LR. F. Guibal
Sur les bords du Lauquet, dans l'Aude dont les débordements avaient provoqué de gros dégâts sur les communes de Verzeilles et de Saint Hilaire, des forestiers sapeurs sont venus de l'Ardèche pour prêter main forte aux habitants.  / © F3LR. F. Guibal

Le département de l'Aude en pleine reconstruction plus d'un mois après les inondations. Sur les bords du Lauquet, ce cours d'eau qui avait provoqué de gros dégâts sur les communes de Verzeilles et de Saint-Hilaire, des forestiers sapeurs sont venus de l'Ardèche pour prêter main forte aux habitants.

Par Josette Sanna

Le chantier est colossal. Dans ce seul secteur,  trois cours d'eau à déblayer, au total 110 kilomètres de rives. Un travail fastidieux qui commence par le Lauquet, ce petit ruisseau qui dans la nuit du 15 octobre dernier a tout dévasté.
 

"C'est quand même un milieu qui est torturé. Les bois ont souffert dans tous les sens mais c'est un peu comme une pelote de laine, il faut le prendre par le bon bout. Si on travaille méthodiquement on arrive à faire du bon boulot", précise Christophe Roche, des forestiers sapeurs d'Ardèche.


11 forestiers sapeurs sont donc venus d'Ardèche pour apporter leur aide aux équipes du département pour les trois prochaines semaines.

"Notre priorité des priorités , c'est de rétablir le libre écoulement des eaux et de sortir un maximum d'embâcles", ajoute Jean-Marie Aversenq directeur du SMMAR, ( syndicat des milieux aquatiques et rivières)
 

Car en dépit du ciel bleu du jour, la saison est toujours à risques.

En cas de forte précipitations, le danger serait grand.

" En cas de nouvelles crues, ce genre de bois constitue des embâcles qui freinent l'eau et provoquent des vagues en cas de rupture ", s'inquiète Jean-Marie Aversenq.


Un chantier de six mois


Le temps presse  mais le chantier sur les cours d'eau du département devrait durer au moins six mois. Et donc mobiliser de gros moyens financiers. Que l'aide du conseil départemental de l'Ardèche permet d'alléger un peu.

Le bois dégagé des cours d'eau devrait être transformé en plaquettes ou en granulats pour alimenter les chaudières des collectivités.

    

A lire aussi

Sur le même sujet

Ganges : un centre de soins pour protéger la faune sauvage

Les + Lus