Inondations dans l'Aude : le programme de la venue d'Emmanuel Macron

Le président de la République Emmanuel Macron - Octobre 2018 / © Bertrand GUAY / AFP
Le président de la République Emmanuel Macron - Octobre 2018 / © Bertrand GUAY / AFP

Une semaine après les inondations meurtrières qui ont touché l'Aude, le président de la République Emmanuel Macron est en déplacement dans le département ce lundi. Durant la journée, le chef de l'Etat se rendra à Villalier et Trèbes près de Carcassonne. 

Par E.E avec AFP

Le président de la République, Emmanuel Macron se rend dans l'Aude ce lundi, suite aux inondations qui ont fait 14 morts et plus de 70 blessés.

Il passera la journée dans le département pour rencontrer les familles de victimes, les maires de communes touchées ainsi que les forces de secours, a indiqué l'Elysée.

Selon le programme prévisionnel, il devait se rendre ce lundi matin dans la petite commune de Villalier (1 000 habitants), au nord-est de Carcassonne, l'une des plus touchées par les crues, avec un bilan de deux personnes décédées.

Il y rencontrera les familles des victimes ainsi que des maires des communes sinistrées, avant de visiter un quartier du village.

Il doit ensuite se rendre à Trèbes, à 20 km de là, où 6 personnes sont décédées. Il doit y déjeuner avec les acteurs engagés dans les secours puis s'adressera publiquement aux forces de secours.
 

Dans l'attente d'une aide de l'Etat


Dimanche, le montant des dégâts a été chiffré par le ministre de l'Économie Bruno Le Maire à 200 millions d'euros. 

La région Occitanie et le département de l'Aude ont déjà annoncé vouloir débloquer 62 millions d'euros, et souhaitent une aide supplémentaire de l'Etat. 

"Nous attendons un geste fort de l'Etat avec des engagements financiers", a déclaré samedi le président du conseil départemental André Viola. 

Sur les 126 communes touchées, pour lesquelles l'état de catastrophe naturelle a été reconnu, "122 sont rurales. S'il n'y a pas de solidarité forte, elles ne se relèveront pas", a-t-il prédit, plaidant en faveur d'une "souplesse" pour les procédures administratives, notamment le versement des avances aux communes.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus