• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Limoux : Le vignoble ravagé par la grêle

Pour la seconde année consécutive, le vignoble de Limoux (Aude) est durement touché par la grêle. / © F. Guibal
Pour la seconde année consécutive, le vignoble de Limoux (Aude) est durement touché par la grêle. / © F. Guibal

Après le gel l'année dernière, le vignoble de Limoux (Aude) est durement touché par la grêle. Hier, mardi 3 juillet 2018, il est tombé comme des oeufs de poule. Dans certains secteurs, les vignes sont touchées à 100%. Une catastrophe économique. 

Par Olivier Le Creurer

Gros comme des oeufs de poule


"A 10h30, on a encore des grêlons comme de cochonnets presque !,  se lamente Guillaume Brunet, viticulteur à Gardie. "Quand ils sont tombés hier, ils étaient gros comme des oeufs de poule. C'est impressionnant et ça a du mal à fondre."
 
Limoux : Grêlons comme des oeufs de poule
Guillaume Brunet, Viticulteur

Le Limouxin a une nouvelle fois subit les affres de la météo. Des averses de grêle ont dévasté le vignoble en quelques minutes le 3 juillet 2018. "Ce sont des raisins qui n'arriveront pas aux vendanges.


La perte est énorme
 

Il va rester vert un ou deux jours puis il va sécher, ça va tomber. Cet autre là, il n'est plus alimenter. La perte est énorme."
 
Limoux : le raisin très abimé
Guillaume Brunet Viticulteur - A. Grellier et F. Guibal
 

Après la gelée, la grêle


"L'année dernière, on a perdu 80 % de la récolte à cause d'une gelée. Et cette année, de nouveau, on perd 100 % par rapport à la grêle. Voilà, ça va être compliqué pour les exploitations et on aura du mal à repartir," s'angoisse Pierre Tichadou, viticulteur.
 
Le vignoble de Limoux ravagé par la grêle
Pierre Tichadou Viticulteur


D'autres vignobles touchés


Le vignoble du limouxin n'est pas le seul touché dans l'Aude. "La grêle est également tombée sur une partie de l'ouest audois aussi, Leucate (appellation Corbières et Fitou) et les Hautes Corbières", précise Frédéric Rouannet, le président du syndicat des vignerons de l'Aude. " "Et on n'est pas au bout," insiste-t-il.
 

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus