Les deux qualifiés pour le second tour des législatives dans la troisième circonscription de l'Aude ont tous les deux moins de trente ans. Johanna Adda-Netter, investie par la NUPES et Julien Rancoule, candidat du Rassemblement National incarnent l'un et l'autre un certain renouvellement.

C'est un des paradoxes de ce premier tour des législatives : la troisième circonscription de l'Aude, celle dont la moyenne d'âge est la plus élevée, a qualifié pour le second tour deux candidats de moins de trente ans : Julien Rancoule, pour le Rassemblement National. Et Johanna Adda-Netter, pour l'alliance de gauche NUPES. 

Jeune, mais pas forcément novice en politique, pour le candidat du Rassemblement National Julien Rancoule, issu d'une famille de Limoux, ayant notamment des racines dans la viticulture. A 28 ans, il fait presque déjà figure de vieux briscard de la politique locale. Julien Rancoule est militant depuis 2011. A l'époque, jeune majeur, il adhère au Front National "pour Marine" et pour "faire sa campagne pour les présidentielles." Dès 2014, le jeune militant se transforme en candidat : ce sera aux municipales dans la petite commune de Pomas, dans son limouxin natal. Car Julien Rancoule est un produit du cru : né dans l'Aude, à Carcassonne ("Parce qu'il n'y a pas de maternité à Limoux") le candidat du Rassemblement National a toujours vécu dans le département, "sauf pendant un an, j'ai habité Montpellier. Pour les étude puis le travail."

Un premier engagement en tant que candidat qui lui apprend la valeur du terrain : "J'ai réalisé que la politique, ce n'est pas que des idées. Je m'étais engagé pour Marine, pour un programme théorique. A travers cette première campagne pour les municipales, j'ai compris que la politique, ce sont avant tout des personnes à défendre. J'ai appris à parler aux gens. On n'a pas été élus, mais on a quand même fait 25%. Pas mal pour une première !", apprécie maintenant Julien Rancoule.

Un engagement et une volonté de porter la parole du Rassemblement National qui ne se sont pas démenties depuis. Candidat aux municipales à Limoux en 2020, au conseil départemental de l'Aude en 2021, aux élections régionales cette même année :  à 28 ans, son expérience électorale est déjà impressionnante.

J'ai compris que la politique, ce sont avant tout des personnes à défendre. J'ai appris à parler aux gens.

Julien Rancoule, candidat du Rassemblement National sur la troisième circonscription de l'Aude

Face à lui, dimanche 19 juin, Julien Rancoule trouvera Johanne Adda-Netter, la candidate NUPES qui a terminé en seconde position du premier tour, avec 25,80% des voix (contre 28,45% pour le candidat du RN).

La candidate NUPES n'est pas née dans l'Aude, mais à Paris, alors que ses parents étaient tous deux encore étudiants en médecine. A ses quatre ans, ses parents décident de s'installer dans un petit village de 80 habitants vers Couiza, en haute vallée de l'Aude. Ils ne l'ont jamais quitté, faisant l'un et l'autre carrière dans la fonction publique. La candidate NUPES a donc réalisé toute sa scolarité dans l'Aude. Pour ses études, elle part d'abord à la faculté de Toulouse, puis arrive à Paris pour ses deux masters en sciences politiques et en économie, où elle passe quatre années. Avant de revenir dans l'Aude, et de se porter candidate à la candidature LFI. : "Un concours de circonstance", commente-t-elle. "Personne ne voulait y aller, je me suis dit qu'il fallait bien que quelqu'un y aille."

Pourtant, quand on l'interroge sur son adversaire politique, Julien Rancoule ne se prive pas de lui faire un procès en "parachutage" : "C'est une candidate redescendue de Paris il y a un mois pour les élections. Et qui n'a jamais travaillé de sa vie. Elle est très théorique et n'a aucune connaissance du terrain."

Des propos auxquels la candidate NUPES hésite d'abord à répondre : "Je ne comprends pas ces accusations. Je n'en fais pas une question de personnes. Répondre, c'est entrer dans son jeu. Moi, je me positionne contre son projet politique, celui du Rassemblement National." Avant de finalement répondre sur le fond, devant notre insistance : "Il s'est inventé une histoire. J'ai grandi dans un petit village de l'Aude, très vert, entourée par la nature. Où la biodiversité est abondante. Je connais ce territoire. J'ai travaillé pendant mes études : dans les vignes, dans des cafés, comme vendeuse, etc." 

Et sa légitimité, Johanna Adda-Netter estime la tirer justement de son histoire familiale : "J'ai grandi dans un environnement très militant. Mes parents m'ont toujours emmené dans toutes leurs manifs. La première, je devais avoir quelques mois : c'était pour les sans-papiers, devant l'église Saint -Bernard de Paris, en 1996, l'année de ma naissance." Un engagement quasi naturel pour l'ex-étudiante. 

Si je suis élue, je porterais des problématiques de la circonscription, mais j'ai aussi envie de travailler sur l'outremer ou les quartier prioritaires des grandes villes

Johanna Adda-Netter, candidate de la NUPES sur la troisième circonscription de l'Aude

Un autre point commun entre les deux candidats, à part leur jeunesse ? L'un et l'autre estiment avoir fait une campagne de terrain. Julien Rancoule : " On a fait du porte-à porte sept jours sur sept. On a fait beaucoup de relationnel, on a beaucoup discuté   avec les gens." Même sentiment chez Johanna Adda-Netter : " On a beaucoup échangé, sur les réseaux sociaux, dans la rue. On est allés sur les mobilisations."   

En revanche, l'un et l'autre ont des conceptions très différentes de la fonction de député. Julien Rancoule espère "résoudre les problèmes concrets des gens sur le territoire" de sa circonscription.  Johanna Adda-Netter, elle, estime que son adversaire "confond élections législatives et élections locales. Les lois que votent les députés s'appliquent sur tout le territoire. Evidemment, si je suis élue, je porterais des problématiques de la circonscription, mais j'ai aussi envie de travailler sur l'outremer ou les quartiers prioritaires des grandes villes..."

Dans un post Facebook, la député sortante Mireille Robert, battue au premier tour (elle termine en troisième position avec 21,84% et échoue de peu à se qualifier pour une triangulaire), regrette cette décision mais annonce elle aussi vouloir faire place à la jeunesse...familiale :

Le duel de la jeunesse entre Johanna Adda-Netter et Julien Rancoule sera aussi une opposition de style : verdict des électeurs ce dimanche 19 juin.                          

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité