"La crainte, c'est de perdre définitivement les CRS" : la surveillance des plages bouleversée par les Jeux olympiques

Cette année, pas de CRS pour surveiller les plages de Port-La Nouvelle. Cette station est la dernière de l'Aude à avoir recours aux forces de l'ordre l'été. Ce sont donc exclusivement les 23 sauveteurs de la SNSM qui assureront la surveillance jusqu'à fin août.

L'eau est encore un peu fraîche à Port-La Nouvelle, mais les sauveteurs en mer mouillent déjà le maillot. Dans l'eau comme sur le sable, ils veillent à la sécurité des touristes et des baigneurs. Cette année, ils sont vingt-trois à arpenter cette plage tout l'été, soit huit sauveteurs supplémentaires par rapport à l'an dernier. Et pour cause, les CRS, habituellement affectés sur les plages, manquent à l'appel. 

"Cette année, les CRS sont pris sur les Jeux olympiques", explique Christian Salom, président de la station SNSM de Port-La Nouvelle. "Ils sont pris par d'autres activités qui relèvent plutôt des services de police, donc la commune a augmenté sa demande pour pouvoir assurer la sécurité des plages."

Augmentation des effectifs pour compenser

En tout, huit sauveteurs en mer supplémentaires ont été recrutés pour compenser l'absence de cinq CRS sur la station de Port-La Nouvelle. Principalement de jeunes recrues venues de toute la France, comme Maxence, 17 ans, qui réalise sa première saison comme surveillant de plage. Des jeunes volontaires qui sont formés par la SNSM.

Même si cette année est exceptionnelle en raison de la tenue des Jeux olympique au cœur de l'été, les stations balnéaires se préparent à la réduction systématique des effectifs de CRS dans les années à venir. "On sait que les CRS vont progressivement être centrés sur d'autres missions", explique Christian Salom. "La SNSM se prépare, en formant des sauveteurs de plage, pour répondre aux demandes des communes."

La crainte, c'est de perdre définitivement les CRS l'an prochain

Dylan Taboni, adjoint au maire en charge des plages et de la prévention des risques

Pour la mairie, l'absence des CRS pose surtout un problème au niveau de la sécurité des plages. "Un CRS, au-delà de l'aspect répressif, il a une force dissuasive", estime Dylan Taboni. "Leur simple présence peut bloquer toute velléité de nuire à l'ordre et à la tranquillité publique. Parce que les problématiques que l'on retrouve en ville peuvent facilement glisser sur les plages. Donc leur présence rassure la population, les élus et les touristes."

Des équipes de police mises à disposition par la mairie 

Sur le volet sécurité, la municipalité a donc dû s'adapter. "La mairie nous met à disposition des équipes de police municipale qui patrouillent le long du front de mer", explique Cyril Teixeira, chef de plage adjoint à Port-La Nouvelle. "Si jamais on a un problème de civisme particulier, ce sont eux à qui on fait appel."

En 1981, 734 CRS assuraient la sécurité des plages en Occitanie. En 2023, ils n'étaient plus que 280.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité