Les amis d'Emmanuel Macron se préparent à lancer la bataille de Narbonne pour les municipales 2020

La mairie de Narbonne - juin 2019 / © F.Guibal / FTV
La mairie de Narbonne - juin 2019 / © F.Guibal / FTV

La République en marche a présenté ses 19 premiers candidats pour les prochaines élections municipales au printemps 2020. D'autres devraient suivre. A Narbonne, ville tenue par un divers droite, une liste se prépare et pourrait changer l'équilibre des forces, comme lors de la présidentielle de 2017.

Par C.Alazet avec A.Grellier


Avec ses 53 000 habitants, Narbonne est aujourd'hui la commune la plus peuplée de l'Aude.

Une ville moyenne, dirigée par un maire classé divers droite mais sans appartenance politique revendiquée : autant dire une cible potentielle pour la République en marche qui veut s'implanter en région.

Mais Didier Mouly, le maire actuel élu en 2014, exclut toute possibilité d'accord.

Je ne répondrai à aucun appel du pied d'aucun parti, comme on l'a toujours fait avec le mouvement Nouveau Narbonne, depuis 1971.

La République en marche n'a pas encore désigné son candidat sur la ville, contrairement à Perpignan par exemple.

Mais, de son côté, le député du parti présidentiel, élu en 2017, Alain Péréa, se comporte clairement en chef de file du mouvement et prépare la conquête de Narbonne.

Depuis plusieurs mois, il ne fait pas mystère de ses ambitions, ou, du moins, de celles de son parti.

J'ai de l'ambition pour Narbonne, pas forcément moi tête de liste mais nous sommes en train de monter une équipe qui va permettre à ce territoire d'occuper la place qu'il mérite dans ce département et cette région.

Pléthore de listes au 1er tour ?

A huit mois des élections municipales, les alliances entre partis devraient se faire rares pour le premier tour et on peut s'attendre à quantité de listes pour le premier tour.

Un scenario désormais classique pour les élections en france mais qui inquiète dans cette ville où l'ancien maire socialiste, Jacques Bascou, avait perdu son siège en 2014 pour 180 voix.

Une défaite que la gauche locale a bien en mémoire.

Nicolas Sainte-Cluque, qui mène la liste de gauche "J'aime Narbonne", craint un éparpillement des voix au 1er tour.

Si on s'éparpille trop, il va se passer qu'on sera tellement dispersé qu'il n'y aura au second tour que le rassemblement national ou M.Mouly et là il n'y aura aucun choix.

 

Comme en 2017 pour les Présidentielles, l'arrivée de la République en marche dans le jeu électoral rebat les cartes à Narbonne.
Impossible de dire pour le moment si c'est le parti présidentiel qui ramassera la mise à la fin..
    



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus