Cet article date de plus de 3 ans

Les trains d'uranium de l'usine Areva de Narbonne inspectés avant le départ

L'ASN, l'autorité de sûreté nucléaire, chargée de contrôler la filière, est dans la région, ce mardi. L'objectif est clair, rassurer population et riverains sur la sécurité des installations sensibles comme à Marcoule, dans le Gard et à Malvési, dans l'Aude. Reportage à l'usine Areva de Narbonne.
Narbonne (Aude) - un train nucléaire d'UF4 au départ de l'usine Areva de Malvési et à destination de l'usine du Tricastin - 3 octobre 2017.
Narbonne (Aude) - un train nucléaire d'UF4 au départ de l'usine Areva de Malvési et à destination de l'usine du Tricastin - 3 octobre 2017. © F3 LR F.Guibal
Dans chaque citerne, 17 tonnes d'UF4. Autrement dit, du tétrafluorure d'uranium, fabriqué dans l'Aude, à l'usine d'Areva Malvési, à partir du minerai qui arrive directement des sites d'extraction.
L'UF4, c'est la matière première, qui servira à fabriquer le combustible des centrales nucléaires, au centre du Tricastin, dans la Drôme.

Pour la Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD), l’"incident" sur le site de conversion d’uranium ORANO (ex-AREVA) de Malvesi "concerne des matières radioactives".
Pour la Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD), l’"incident" sur le site de conversion d’uranium ORANO (ex-AREVA) de Malvesi "concerne des matières radioactives". © F3 LR F.Guibal

Un train nucléaire de 320 tonnes d'UF4 chaque semaine entre Narbonne et Le Tricastin


Chaque semaine, l'usine audoise de Malvési envoie donc l'ensemble de sa production, soit 320 tonnes, par train, dans la Drôme. Un convoi de 15 à 20 wagons d'uranium radioactif.

En avril dernier, des associations antinucléaires avaient d'ailleurs arrêté un convoi, pour alerter l'opinion publique sur les dangers que font courir, d'après eux, ces transports ferroviaire. Ils avaient alors réalisé leurs propres mesures de radioactivité à proximité des trains.

Areva conteste la pertinence de ces mesures et assure respecter toutes les règlementations en vigueur.
Des normes internationales pour limiter le risque lié à la radioactivité. Mais le principal danger associé au site de Malvési reste bien chimique. Car de nombreux produits dangereux sont utilisés pour traiter l'uranium.

durée de la vidéo: 01 min 58
Narbonne (11) : l'ASN vérifie les trains de déchets nucléaires à l'usine Areva ©F3 LR

 


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement société nucléaire énergie entreprises économie transports