Aveyron : un enfant de 3 ans oublié dans un bus scolaire, les parents portent plainte

A Roquefort-sur-Soulzon (Aveyron) , lundi 18 octobre 2021, un enfant a été oublié dans le bus scolaire pendant toute la matinée. Les parents du jeune garçon ont porté plainte contre le chauffeur. 

A 3 ans, Kenan prend le bus tous les matins pour se rendre à l’école avec une dizaine d’autres enfants. Mais depuis quelques jours, ce sont ses parents qui s’occupent des trajets entre leur domicile et l’école de Roquefort.

Lundi 18 octobre 2021, le petit garçon s’est endormi au fond du bus . Le chauffeur ne s’est pas rendu compte qu’il n’était pas descendu et, une fois rentré au hangar, il n’a pas fait le tour du véhicule pour être sûr qu’aucun enfant n’était à l’intérieur. Kenan est donc resté, seul, pendant trois heures, dans le bus. Sa mère témoigne : “Tellement d’heures se sont écoulées. On sait qu’il nous a appelés et nous ne sommes pas là. On est impuissant.” 

Kenan a été retrouvé par le chauffeur de bus en fin de matinée. Mais, les parents n’ont été prévenus que plus tard, dans l’après-midi. “On a été au courant des faits à 15 heures, ce n’est pas normal”, estime Benjamin Kilinc, le père de Kenan. Depuis, le petit garçon fait des cauchemars.

Le soir, il nous a parlé avec ses mots : noir, bus, peur…

Benjamin Kilinc, père de Kenan

Il s’est réveillé trois fois jusqu’à encore cette nuit. On a contacté un pédopsychiatre qui nous a dit que le fait qu’il se retrouve dans le noir, ça peut lui rappeler le bus.” 

Plainte contre le chauffeur 

En colère contre l’école qui ne les a pas contactés pour leur signaler l’absence de leur fils, les parents en veulent surtout au chauffeur. Ils ont porté plainte à la gendarmerie contre lui. 

De son côté, Bernard Sirgue, le maire de Roquefort-sur-Soulzon, parle d’une faute impardonnable, mais involontaire de la part du chauffeur. “Il se sent très meurtri et très gêné. Il comprend très bien la réaction des parents.” Alors qu’il occupait ce poste depuis quinze ans, le chauffeur a été sanctionné et s’occupe désormais de l’entretien de la voirie. “Je ne peux pas tolérer que le ramassage scolaire se termine comme cela, avec un élève qui reste toute la matinée dans le bus”, conclut l’édile. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société transports faits divers