Aveyron : l'équipementier automobile SAM placé en liquidation judiciaire

Le tribunal de commerce de Toulouse a prononcé ce 16 septembre 2021, la liquidation judiciaire de l'équipementier automobile SAM basé près de Decazeville en Aveyron. Un nouveau délai pour le dépôt des offres de repreneurs a été fixé au 30 septembre prochain.

Le tribunal de commerce de Toulouse a prononcé le 16 septembre 2021 la liquidation judiciaire de l'équipementier automobile aveyronnais SAM. La fonderie basée dans le bassin de Decazeville, qui fabrique des carters, peut tout de même poursuivre son activité pendant trois mois, "afin de favoriser une éventuelle cession de l'entreprise" a déclaré le tribunal.

C'est une décision sans surprise. Mais maintenant, il y a urgence car la date limite d'un nouveau dépôt de candidature est fixée au 30 septembre. C'est demain !

Ghislaine Gistau, déléguée du personnel CGT

Pas de repreneurs sérieux

Les candidats à la reprise de l'entreprise de 350 salariés, jusqu'ici en redressement judiciaire, "n'ont pu présenter des offres de reprise finalisées, l'État et le groupe Renault ne souhaitant pas participer à leur financement", précise le tribunal.

Renault, principal donneur d'ordres de la SAM, s'est cependant engagé à continuer à financer l'exploitation et les investissements nécessaires à la poursuite de l'activité, note encore le tribunal. Ghislaine Gistau, représentant CGT du personnel, "espère qu'une offre de reprise sera déposée d'ici le 30 septembre". Mais il n'y a aucune garantie.

Deux offres de reprises rejetées

Fin juillet, le tribunal de commerce avait rejeté deux offres de reprise de sociétés françaises : le groupe Alty, propriétaire de la fonderie Sifa Technologies à Orléans, et la Fonderie Trinquet, dont le siège est dans le Rhône.

Un industriel espagnol en négociations

Le groupe espagnol CIE Automotive avait fait acte de candidature avant de retirer sa proposition le 18 juin 2021. Mais officieusement, le groupe espagnol serait toujours en négociations avec Renault pour reprendre la SAM avec le maintien de 150 salariés sur 350.

Reprise en 2017 par le groupe chinois Jinjiang, la Société Aveyronnaise de Métallurgie (SAM) avait été placée en redressement judiciaire le 10 décembre 2019.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie automobile social emploi justice société