Aveyron : quand la sous préfète demande au patron de l'entreprise Sam de retourner parler avec les syndicats

© L/Tazelmati/FTV
© L/Tazelmati/FTV

La sous préfète de Villefranche de Rouergue a joué les intermédiaires ce mercredi entre les syndicats et le PDG de la Sam à Viviez dans l'Aveyron. Après l'annonce du placement de l'entreprise en redressement judiciaire, le dialogue entre le patron et les représentants syndicaux avait tourné court.

Par Juliette Meurin

C'est un coup dur pour les salariés de la Sam à Viviez dans l'Aveyron. Leur entreprise a été placée en redressement judiciaire ce mardi. Au lendemain de cette mauvaise nouvelle, ils espèrent désormais que leur patron en tire les conséquences. Yun Xu, le PDG, était présent ce mercredi à Viviez pour une réunion. Des salariés avaient bloqué la sortie pour l'empêcher de quitter les lieux. 
La police est arrivée et c'est finalement la sous préfète qui est intervenue pour tenter d'apaiser la situation. Pascale Rodrigo a réussi à convaincre le PDG de retourner à la table des négociations.

Un syndicaliste CGT explique que désormais le souhait des salariés est "que les dirigeants chinois sortent de la procédure afin de passer à quelque chose de plus constructif avec des administrateurs judiciaires". Ils veulent préparer l'avenir avec un futur repreneur. Les salariés reprochent au patron de ne pas avoir réalisé les investissements nécessaires.

La Sam, Société Aveyronnaise de Métallurgie appartient au groupe chinois Jinjiang Industrie Europe.
Mardi, le tribunal de commerce de Toulouse a décidé de placer l'entreprise en redressement judiciaire.
L'équipementier automobile emploie 385 personnes.

En images le reportage de Floréal Torralba et Luc Tazelmati

Sur le même sujet

Les + Lus