Coronavirus : en Aveyron, un atelier de maroquinerie fabrique des masques en tissu pour fournir les entreprises locales

Beaucoup d'artisans et d'entreprises souhaitent reprendre leur activité. Mais face à la pénurie de masques, il est compliqué de se fournir en protection. Un atelier de maroquinerie basé à St Georges de Luzençon en Aveyron s'est lancé dans la fabrication de masques en tissu.
 
Les 16 salariés de l'atelier sont très mobilisés pour fabriquer au plus vite ces masques en tissus.
Les 16 salariés de l'atelier sont très mobilisés pour fabriquer au plus vite ces masques en tissus. © J.Hanchir
Dans l'atelier Julien H, basé à Saint-Georges-de-Luzençon en Aveyron, les bandes de tissu ont remplacé pour un temps les peaux. La maroquinerie, qui d'habitude travaille le cuir pour des sacs haut de gamme, s'est lancée depuis quelques jours dans la fabrication de masques anti-projections en tissu.

"On a suivi le patron et les recommandations des équipes du CHU de Grenoble qui ont diffusé un tutoriel sur le net pour permettre aux gens de se fabriquer des masques eux-mêmes." explique Julien Hanchir le responsable.
Une couturière en plein travail dans l'atelier Julien H
Une couturière en plein travail dans l'atelier Julien H © J.Hanchir


1500 pièces déjà fabriquées

Les 16 salariés de l'atelier ont commencé la production il y a trois jours. 1500 masques ont déjà été fabriqués. "On n'est pas habitués. C'est une première pour nous. On a créé une chaîne dédiée, les couturières sont hyper mobilisées." raconte Julien Hanchir. "Et puis ça nous permet aussi de faire tourner l'atelier. On continue à fabriquer des sacs mais le gros de notre activité c'est les masques".

Trois couches de tissu

Les masques sont composés d'une bande de polyester entourée de deux bandes de coton. Ils ne sont pas homologués FFP2 et ne sont pas certifiés. 
"On propose ce produit faute de mieux. S'il n'y avait pas de pénurie, on ne l'aurait pas fait !" insiste Julien Hanchir.
Le masque anti projections de l'atelier H
Le masque anti projections de l'atelier H © J.Hanchir
Ils ont été soutenus par la CCI de l'Aveyron et par Mikaël Ladet, un autre maroquinier de Millau qui les a aidé à trouver rapidement des fournisseurs avant le confinement.

Les caves de Roquefort, les transporteurs

Les premiers clients sont nombreux à passer commande de ces masques Made in Aveyron. Des laboratoires des caves de Roquefort en passant par des entreprises du BTP, des transporteurs ou encore un supermarché de Millau pour ses caissières. 

Leur vente se fait par paquet de 50 masques, au prix de 340 euros. Soit la pièce à 6,80 euros. "On est plus cher mais on propose le masque à prix coûtant. Et puis, il est lavable celui-là. Il peut servir plusieurs fois !"précise Julien Hanchir.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société économie solidarité