Musique à fond, ils font la fête dans un jardin public à Rodez malgré l'interdiction de la préfecture de l'Aveyron

Après un appel sur les réseaux sociaux, près de 200 personnes se sont retrouvées mardi soir dans le jardin public du Foirail à Rodez pour faire la fête pour le 14 juillet. Par arrêté du 10 juillet, la préfète de l’Aveyron avait pourtant interdit spécifiquement ce type de rassemblement. 

Mercredi matin, les traces de la fête avait été nettoyées et le jardin avait retrouvé sa tranquillité.
Mercredi matin, les traces de la fête avait été nettoyées et le jardin avait retrouvé sa tranquillité. © Matthias Julliand
« Les jeunes, ils viennent souvent ici, mais là, on a été surpris de voir autant de monde ». Promenant ses deux chiens, cette riveraine du jardin public du Foirail revient sur le rassemblement aussi inattendu que bruyant qui a animé le quartier une bonne partie de la nuit de mardi à mercredi. « On a entendu les feux d’artifice. On a eu un peu peur que ça déclenche un incendie avec tous les arbres qu’il y a dans le parc ».

Un rassemblement « bon enfant »

Une idée née quelques jours plus tôt sur les réseaux sociaux : profiter du 14 juillet pour faire la fête. Pas de rave party ni de concert au programme, mais divers groupes de jeunes venus se retrouver, discuter et danser, musique à fond sur le téléphone portable.

Sur les pelouses, autour du kiosque, au plus fort de la soirée, environ deux cents personnes étaient rassemblées aux quatre coins de ce parc, situé le long de l’avenue Victor Hugo dans le centre de Rodez.

Alertés par certains riverains, des policiers se sont rendus sur place plusieurs fois dans la soirée. Le commissariat de Rodez évoque « un rassemblement dans une ambiance bon enfant ». Hormis les nuisances sonores, aucun débordement n’a, en effet, été constaté. « Notre travail a été d’éviter que la fête ne devienne incontrôlable ».

Bas les masques

Après une série de pétards et de feux d’artifice lancés à intervalles réguliers, la fête s’est terminée aux environs d’1 heure du matin.

Une autre riveraine confiait mercredi matin ne pas avoir vu beaucoup de gens porter un masque. Alors que l’épidémie de COVID 19 menace toujours, cela pose à nouveau la question du respect des gestes barrières et des règles de distanciation sociale dans les espaces publics.

Dans un arrêté pris quelques jours plus tôt, la préfète de l’Aveyron avait pourtant appelé à la vigilance, interdisant expressément les rassemblements dans certaines zones du centre-ville de Rodez, à commencer par le jardin public où a eu lieu la fête.

Un appel visiblement pas entendu. « Les jeunes, ils ne savent pas où aller. Forcément, ils se retrouvent où ils peuvent pour faire la fête, relativise une habitante du quartier, mais l’été est long et il ne faudrait pas que ce soit ça tous les soirs ».

Mercredi matin, après une nuit animée, le lieu avait retrouvé sa quiétude habituelle.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
14 juillet événements coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter