A Rodez, les anti-Macron veulent à nouveau se faire entendre

Un cortège de salariés de l'usine Bosch en route vers le rassemblement / © Floréal Torralba FTV
Un cortège de salariés de l'usine Bosch en route vers le rassemblement / © Floréal Torralba FTV

Ils avaient promis de revenir manifester lors de la venue d'Emmanuel Macron à Rodez : un collectif de citoyens issus de milieux associatifs, politique ou syndicaux se mobilisent en ce jour de visite présidentielle à Rodez.

Par Eric Coorevits

Il y a une semaine, leur mobilisation avait fait "pschitt" suite à l'annulation de la venue d'Emmanuel Macron, consécutive au décès de Jacques Chirac. Ils n'étaient alors qu'une petite centaine à se retrouver dans le quartier de Bourran pour un "contre-grand débat". En ce jeudi 2 octobre, même si l'arrivée du président de la république à Rodez est retardée en raison de l'attaque mortelle au couteau dans la cour de la préfecture de Paris, ces manifestants ressortent les slogans et les banderoles de la contestation. Ils se réunissent en fin d'après-midi, toujours dans la quartier de Bourran à l'intiative d'un collectif citoyen soutenu par différents syndicats et associations : CGT, Ensemble !, France insoumise, FSU, NPA, La ruche, L'Union des Gilets jaunes, Parti de Gauche, PCF, Solidaires,Sud Education, ainsi que Nuit Debout.

Les initiateurs de ce rassemblement entendent exprimer leurs revendications au sujet de la problématique actuelle de l'âge du départ en retraite. Ils veulent aussi faire entendre la voix des représentants de secteurs en crise dans la région aveyronnaise : hôpitaux, agriculture, ou automobile.

La filière automobile menacée

Aujourd'hui, une assemblée générale des salariés de l'usine Bosch de Rodez a remis en lumière la menace pesant sur le marché du diesel, en plein dégringolade. Près de 500 personnes étaient présentes devant le site. Les syndicats de l'entreprise automobile ont annoncé le refus d'Emmanuel Macron de les recevoir en personne.
La semaine dernière, des représentants des salariés avaient pu dialoguer avec Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, qui avait lui maintenu sa visite en Aveyron. "Il nous a rassurés, nous l'avions senti en phase avec le diagnostic que nous avons établi", explique Pascal Raffanel, représentant de l'intersyndicale de l'usine Bosch. 

Le ministre de l'Economie nous a dit qu'il existait des conflits entre les ministères, notamment celui du transport et de l'écologie. Nous avons besoin d'un décisionnaire. Pour nous, le seul arbitre possible, c'est soit le premier ministre, soit le président.

Pascal Raffanel, intersyndicale de l'usine Bosch de Rodez
 

Un cortège de salariés s'est rendu depuis l'usine jusqu'au centre-ville de Rodez.  Après y avoir défilé, les manifestants ont rejoint les quelques 300 personnes présentes dans le quartier du Bourran pour ce rassemblement contestataire.





 

Retraités en Occitanie : les chiffres-clés

1,4 million de retraités (30 % de la population de 15 ans)
4ème région française en nombre de retraités
Répartition essentielle : Hautes-Pyrénées, Lot, Gers, Aveyron
Plus de 25000 personnes cumulent travail et retraite
Pension retraite moyenne en Occitanie :1330 € net par mois (-5% par rapport à la moyenne nationale) 
11% des retraités vivent sous le seuil de pauvreté

 

Sur le même sujet

Les + Lus