Rodez : un représentant du mouvement des "ronds verts" entendu par le tribunal judiciaire

Un représentant aveyronnais des "ronds verts", ce collectif classé proche des mouvements complotistes, est entendu ce lundi 28 septembre au tribunal de Rodez. Il y est convoqué après s'être dénoncé comme étant l'un des auteurs des ronds verts peints sur les voies publiques du département.

Sur les marches du tribunal de Rodez, des représentants du collectif des "ronds verts" affichent leur soutien
Sur les marches du tribunal de Rodez, des représentants du collectif des "ronds verts" affichent leur soutien © Luc Tazelmati/FTV
Le tribunal judiciaire de Rodez doit entendre cet après-midi du lundi 28 septembre un représentant départemental du mystérieux collectif dit des "ronds verts". Pendant et après le confinement, ces ronds verts tagés à l'aide de pochoirs ont fleuri dans l'espace public de l' Occitanie, et dans d'autres régions françaises.
Sur le bitume, sur des troncs d'arbres ou sur des panneaux de signalisation, ces cercles de peinture ont également "décoré" les paysages de l'Aveyron, notamment dans l'ouest du département.

Derrière les ronds verts, un "Conseil National de Transition"

Le mouvement dit des "ronds verts" est désormais associé à un opaque "Conseil National de Transition", créé en 2014,  qui s'est auto-proclamé "seule autorité légitime de la France". Les membres ou sympathisants de ce collectif ont multiplié les tags à la bombe de peinture ces derniers mois, un simple rond vert étant devenu la marque de leur adhésion à la cause. Le représentant aveyronnais qui s'est de lui-même déclaré comme étant l'un de ce ces tagueurs est donc convoqué ce lundi 28 septembre au tribunal de Rodez pour s'expliquer sur ses agissements. Une vingtaine de personnes étaient présents dès ce matin pour le soutenir.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société